Hey, Brother | Hippolyte ♥

le Lun 18 Déc - 17:29


Voilà deux semaines environ qu'il était arrivé à Wellington. Deux semaines et pourtant, il n'avait toujours pas trouvé le courage d'aller voir la personne pour laquelle il était ici. Quelques semaines auparavant, il avait découvert qu'il avait un frère qu'il ne connaissait pas - un demi-frère plus exactement. Dès lors, il avait eu envie de le rencontrer. Il ignorait bien sûr quelle était sa relation avec leur géniteur, mais aux yeux de Matthew ce n'était qu'un connard qui n'assumait pas ses actes. Si au départ il avait voulu le confronter, il avait laissé tomber l'idée. A quoi cela servirait-il, finalement ? A rien. Alors, il avait décidé de rencontrer ce frère qu'il n'avait jamais connu à la place. Enfant unique jusque-là, il avait toujours rêvé d'avoir un frère ou une sœur. Et même s'ils étaient adultes maintenant, il n'était jamais trop tard. Bien sûr, il ne savait pas ce qui l'attendait. Peut-être que ce frère serait tout à fait ignoble et l'enverrait paître. Ou peut-être qu'au contraire, ça se passerait bien et ils apprendraient à se connaître. A vrai dire, ses sentiments étaient plutôt mitigés. Car s'ils s'entendaient bien, ne finirait-il pas par devenir un poids pour lui ? N'avait-il pas justement disparu de la vie de sa copine et même de ses parents pour ne pas être ce poids pour eux ?

Matthew poussa un soupir. Il se prenait vraiment trop la tête. Il était venu jusqu'ici alors il allait au moins rencontrer cet homme une fois. Sa vue se dégradait et il voulait voir à quoi il ressemblait au moins une fois. A vrai dire, il voyait très flou et ce n'était même pas la peine de lui demander de regarder quelque chose au loin. Des lunettes ? Ça n'aurait servi à rien. Alors, la plupart du temps, il se déplaçait un peu au feeling. Combien de fois ne s'était-il pas arrêté le nez presque collé à un panneau pour lire ce qui y était écrit. Oui, il avait l'air très con quand il faisait ça, mais il s'en fichait. Combien de fois avait-il déjà failli percuter quelqu'un dans la rue car il ne l'avait pas vu venir ? Et quand il faisait noir, c'était encore pire. C'était frustrant, déprimant... surtout en sachant qu'il ne pouvait rien y faire. Selon le médecin, il lui restait peut-être quelques mois tout au plus car la maladie progressait rapidement. Alors, s'il voulait rencontrer son demi-frère, c'était maintenant ou jamais.
Il avait réussi à trouver un petit appartement en ville grâce aux économies qu'il avait faites et grâce à l'aide de son beau-père qui s'était porté garant. Il n'avait pas voulu l'embêter avec ça au départ, mais il n'avait pas le choix s'il ne voulait pas se retrouver à la rue.

Quoiqu'il en soit, il avait trouvé l'adresse de ce demi-frère inconnu et avait fini par appeler un taxi qui l'emmènerait juste devant chez lui. Pendant le trajet, il sentit la nervosité le gagner. Il avait les mains moites, le cœur qui battait la chamade et une boule au ventre. Il ne savait pas trop ce qu'il espérait, mais il était sûr d'une chose: il avait peur du rejet. Peur de se retrouver en face de quelqu'un d'horrible. Il devait se calmer. Il prit une profonde inspiration lorsque le taxi s'arrêta, paya le chauffeur et descendit du véhicule. Il plissa les yeux et distingua l'entrée de la maison à quelques pas de là. Cette fois, pas de marche arrière possible. Il avait d'ailleurs découvert son nom et son adresse en jouant un peu les détectives, du coup, il se dirigea vers la porte, plus nerveux que jamais. Il s'apprêta à appuyer sur la sonnette, puis stoppa. Il avait peur, il était stressé... Il était encore temps de faire demi-tour. Non ! Il était venu jusque-là, il n'allait pas se dégonfler ! Alors, il finit par sonner et attendit que la porte s'ouvre.

Et puis, il le vit. Tout flou, mais il le vit. Il était grand et brun. Plus grand que Matthew, c'était évident. Par contre, il ne parvenait pas à vraiment distinguer ses traits. Mais il se voyait mal coller son visage à quelques centimètres de lui pour savoir à quoi il ressemblait vraiment. "Euh...je...bonjour." Il devait être rouge comme une tomate, là. Bordel. Il n'arrivait même pas à articuler correctement. Il déglutit péniblement et tenta de se reprendre. Il avait trop peur que l'autre lui claque la porte au nez. "Je...Je m'appelle Matthew Clarke et...je suis votre frère." Mais quel idiot ! Comment pouvait-il balancer ça comme ça ? Il avait envie de disparaître au fond d'un trou. Mais peut-être allait-il exploser avant vu le rythme auquel battait son pauvre cœur.
avatar
Messages : 152
Date d'inscription : 17/12/2017
Points : 632
Mon sosie, c'est : Alexander Calvert
Crédits : EXORDIUM. (vava) you_complete_messs (signa)
Emploi : pianiste au Hawthorn Lounge
Age : 25
Je vis avec : Fluffy, mon chat
Multi comptes : Preston, Oliver & Alex
J'prends la pose :

Matthew Clarke
la fondatrice bisounours


Voir le profil de l'utilisateur http://getreal.forumactif.com/t1050-matthew-clarke-alexander-calvert http://getreal.forumactif.com/t1057-matthew-clarke-don-t-be-afraid-of-the-dark

le Lun 18 Déc - 23:44

Running Home To You

Who needs a superheroes when you have a brother

« Arrête Sam. Arrête, je t’en pris… », murmura Hippolyte, ces mains perdus dans sa chevelure brunâtre claire. Son chien jappa tristement, avant de rapidement venir se coucher sur son maitre, comme il avait apprit à faire quand ce dernier allait mal. Hippolyte finit enfin par ouvrir les yeux, ceux-ci perlant de tristesse. Glissant ses doigts dans le pelage de son golden retriever, Hippolyte essaya de prendre une grande respiration pour essayer de calmer ses pleurs qui ne cessait pas. Depuis le tremblement de terre et la disparition de Mikaela, son monde s’était brusquement retourner à l’envers, et les seules choses positives qui lui restaient, c’était son meilleur ami, William, et son âme-sœur, Carron. Mikaela était partit. Encore une fois, elle l’avait abandonnée. Sans explication, sans mot, elle les avait fuit. Hippolyte avait prit tout son courage et sa force, et comme à chaque fois, avait chassé sa tristesse pour aller à la rencontre de Chase et lui expliqué ce qu’il pouvait expliqué. Mika avait prit peur en se voyant à nouveau amoureuse et s’était enfuit. Il avait tout fait pour rassuré Chase, pour lui dire que ce n’était pas sa faute, qu’il en était désolé. Il avait passé une après-midi avec lui à essayer de soulager sa peine, puis il était rentré. Hippolyte se sentait horriblement désolé pour Chase, horriblement mal : Car Hippolyte avait toujours été ainsi… Aidé les autres avant de s’aider, s’était un peu son quotidien. Mikaela était partit, puis le tremblement de terre était arrivé. Et Hippolyte avait tenté… Enfin, non, il avait eu des pensées suicidaires. Il avait voulu rester là, sous les décombres. Il avait voulu mourir. Il avait réellement voulu mourir. Plus le temps passait, plus Hippolyte remarquait que sa dépression était bien plus lourde qu’il ne l’aurait cru. Elle était rendue maladif, jusqu’à devoir prendre des pilules pour réussir à passer une journée.

Mais, repoussant l’aide qu’on essayait de lui offrir par peur, Hippolyte se rendait malade à prenant trop de médications pour cacher sa dépression et faire semblant devant tous qu’il allait bien. Les seuls au courant, c’était Carron et William, qui tentait de l’aidé au delà de leurs moyens. Des anges, littéralement. Hippolyte se sentait chanceux de les avoir dans sa vie, de leur compter prêt de lui à chaque jour. Mais la douleur persistait, et de plus en plus, Hippolyte se demandait ce qui clochait chez lui. Pourquoi il se sentait toujours mal? Pourquoi la douleur restait? Pourquoi certaines journées, ça allait mieux, et pourquoi d’autres journées, il avait envie de se laisser mourir comme lors du tremblement de terre? Il avait besoin d’aide, d’une véritable aide comme un psychologue ou même un médecin, car la dépression était une maladie sérieuse à prendre à considération, mais Hippo avait apprit à compter sur lui-même, et se remettre sur les autres lui était encore difficile. Son chien aboya, le faisant à nouveau rouvrir les yeux en cherchant sa respiration, repoussant brusquement le pot de médicament plus loin sur son lit, toussotant fortement. « Sam… J’sais plus ce que je fais… », mumura Hippo en fixant le plafond, complètement perdu.

Il prit son portable, le fixant un moment, un sourire apparaissant enfin sur les lèvres en voyant l’image de Carron qu’il avait mit en fond d’écran, glissant doucement son pouce sur le visage de son petit-ami en soupirant lentement, charmé. S’il y avait bien une personne capable de le faire sourire qu’importe sa situation, c’était bien Carron. Il finit par se redresser dans son lit, venant serré avec force Sam d’un bras, posant sa tête sur celle de son chien. Il soupira avec douceur, avant de se diriger avec Sam vers la salle de bain pour passer rapidement sous la douche, son chien restant coucher prêt de la porte de la salle de bain, au aguet. Hippolyte finit par ressortir, se changeant rapidement, avant d’aller vers la cuisine pour nourrir son Sam. Il le fixa en silence, souriant un peu, avant de s’adosser sur un des meubles de la cuisine, soupirant lentement en envoyant des messages à son Carron. Dès que son ange lui répondait, il sentait légèrement son cœur s’apaiser d’une pression.  Il passa sa langue sur ses lèvres, avant de se rendre au lavabo, serrant les poings. Il avait envie de vomir… il avait encore une fois prit trop de médication. Il toussota un peu en soupirant, passant sa main dans ses cheveux en secouant la tête.

Puis, après plusieurs minutes, une sonnerie retentit dans toute la maison. Il leva les yeux, surpris. Hippo n’attendait personne, pourtant. Le jeune homme se dirigea vers la porte, venant doucement l’ouvrir après avoir vérifié : Un jeune homme, qu’il ne connaissait pas, mais qui semblait aucunement menaçant. « Bonjour…», dit avec douceur Hippolyte, lui offrant un sourire rassurant. Ce jeune homme semblait tout à fait gêner de se retrouver là, sans que Hippolyte puisse comprendre pourquoi dans le moment présent. Tout ce qu’il savait, c’était qu’il semblait tout à fait adorable. Hippolyte, habitué aux personnes plutôt renfermé, savait comment les aider pour lui faire confiance. De plus, Hippo avait une certaine présence rassurance, selon ses amis. En même temps, il aidait plusieurs organismes, donc depuis, il savait comment s’y faire avec bon nombre de personnes aux personnalités multiples et différentes. Puis la nouvelle tomba, et Hippolyte se redressa lentement, surpris, clignant des yeux. Quoi? Il entrouvrit les lèvres, cherchant ces mots, sans les trouver, fixant le jeune homme. Quoi…? Il était… quoi? Ce jeune homme était son frère? Mais non, s’était impossible, Mikaela et Hippolyte étaient les seuls enfants de… Mais… Hippolyte se redressa lentement dans le cadre de porte. Pourtant, il ne croyait pas à une mauvaise blague. Le jeune homme en face de lui semblait tout ce qu’il y avait de plus sérieux. Sam, profitant de fait que son maitre était figé, se glissa entre les jambes de son maitre pour fixer curieusement le nouveau venu. Sam s’approcha de ce Matthew, venant le renifler, avant de, semblant bien heureux de sa senteur ou de ce que Matthew ressortait, commença à japper joyeusement, venant lever ses pattes sur le torse de Matthew en aboyant, cherchant des caresses en frottant sa tête contre le torse du jeune homme. Cela fit enfin réagir Hippolyte.

« Sam! », dit-il en venant doucement glisser son bras autour de son chien, qui continuait de s’agiter. Il ignorait si ce jeune homme avait peur des chiens. « Désolé, désolé! Sam semble déjà t’apprécier, du coup… C’est un chien très affectif! » dit Hippolyte en riant joyeusement, venant faire reculer Sam en faisant signe à Matthew de rentre. « Rentre! Ne soit pas gêner. » dit-il avec douceur, reposant Sam sur le sol alors qu’il laissait Matthew rentré, avant de refermer la porte derrière lui. « Est-ce que tu as peur des chiens…? », demanda-t-il avec douceur. Après avoir eu confirmation que ce dit Matthew n’avait pas peur des chiens, il laissa Sam lui tourner autour, riant un peu. « Sam voit rarement des gens ici, donc il est toujours heureux quand quelqu’un vient nous rendre visite. », dit Hippolyte en riant. « Tu veux quelque chose à boire, à manger? », dit-il en se rendant vers la cuisine avec Sam et Matthew.

Hippolyte se tourna vers Matthew par la suite, souriant avec douceur, essayant de remettre en place les multiples idées, questions qui lui arrivait sans cesse en tête. Il détourna la tête, venant se frotter le visage de sa main lentement, avant de soupirer un peu, gardant néanmoins un sourire rassurant sur son visage. « Donc… Tu penses que nous sommes frères? », demanda-t-il avec douceur, sans vouloir brusquer le jeune homme en face de lui. Après tout, une chose à la fois… Peut-être que… Ce jeune homme est vraiment son frère…


made by LUMOS MAXIMA
avatar
Messages : 218
Date d'inscription : 27/08/2017
Points : 518
Mon sosie, c'est : Matthew Gray Gubler
Crédits : EXORDIUM
Emploi : Baby-Sitter / Assistant Maternel
Age : 34
Je vis avec : Mon adorable golden retriever, Sam
Multi comptes : Drake Macnair
J'prends la pose :

Hippolyte Amory
membre tout choupinoupinet


Voir le profil de l'utilisateur http://getreal.forumactif.com/t586-hippolyte-amory-matthew-gray-gubler http://getreal.forumactif.com/t594-hippolyte-amory-chaque-pas-que-je-fais-est-une-erreur-a-vos-yeux

le Mar 19 Déc - 3:07

Matthew ne s'était pas senti aussi stressé depuis longtemps. Il avait l'impression que ses jambes allaient défaillir et qu'il allait se retrouver par terre comme un con. Et si cet homme ne voulait même pas lui parler ? Et s'il lui claquait la porte au nez après lui avoir demandé de partir et de ne plus revenir ? Se poser tout un tas de questions ne servait à rien, il le savait, mais il ne pouvait pas s'en empêcher. Alors, lorsque la porte s'ouvrit enfin, il crut qu'il allait s'évanouir, ou se liquéfier sur place. Il ne savait absolument pas comment s'y prendre ni par quoi commencer. Alors, il s'était lancé sans plus de cérémonie, disant tout de suite qui il était. Son cœur battait la chamade - il battait tellement fort qu'il sentait les battements au niveau de ses temps. Bordel...Pourquoi l'autre ne disait rien ? Matthew tenta de déceler l'expression de son interlocuteur, mais il eut bien du mal à distinguer ses traits. Mais il était presque certain qu'il était choqué. Merde. Il n'aurait peut-être pas dû venir, finalement. Il était peut-être encore temps de partir en disant que ça n'avait été qu'une horrible méprise. Non. Il devait assumer, il devait faire preuve de confiance pour une fois. De plus, à quoi s'était-il attendu ? Il se pointait à la porte de quelqu'un qu'il ne connaissait pas et lui annonçait de but en blanc qu'il était son frère. N'importe qui aurait bugué. Néanmoins, ce silence commençait vraiment à être long...

Alors qu'il s'apprêtait à reprendre la parole, un chien fit son apparition et commença à lui faire la fête, lui sautant même dessus. Tout d'abord surpris car il ne l'avait pas vu arriver, Matthew finit par se mettre à sourire, puis à rire doucement en caressant la tête du chien. "Salut, toi !" Il adorait les animaux, alors il était vraiment heureux d'apprendre que son demi-frère avait un chien. Généralement, les propriétaires de chiens étaient gentils, non ? Oui, bon...pas toujours. Mais ce chien avait l'air gentil et ça en disait long sur son maître. D'ailleurs ce dernier finit enfin par sortir de son mutisme en s'excusant pour le comportement du chien, Sam. Matthew secoua doucement la tête, un léger sourire aux lèvres. L'apparition du chien l'avait un peu détendu et le ton doux du jeune homme en face de lui n'y était pas étranger non plus. Oui...ce ton était tout doux, tout gentil. Il l'avait tutoyé. Est-ce que ça signifiait qu'il le croyait ? Un peu rapide quand même. "Ce n'est pas grave. J'adore les chiens ! Ne vous...ne t'en fais pas. Il faudrait être fou pour avoir peur d'un adorable toutou comme Sam." Il sourit à nouveau. Oui, la présence d'un chien lui était plus que bénéfique. Puis, le jeune homme lui demanda d'entrer. Vraiment ? Alors qu'il ne savait rien de lui ? Il semblait quand même faire trop rapidement confiance aux gens. Ou bien était-ce l'air totalement innocent de Matthew ?

Quoiqu'il en soit, il pénétra donc à l'intérieur de la maison et suivit donc son grand frère. Et pour être grand, il l'était. Alors qu'il le suivait, il ne put s'empêcher de sourire encore. Peut-être était-ce là le début d'une belle histoire. Il l'espérait au moins. Même si dans un sens, il avait peur de la suite. Si ça se passait bien...sa foutue maladie risquerait de tout gâcher. Après tout, n'avait-il pas fui ses proches à cause de ça ? Et maintenant, il partait à la recherche d'un frère inconnu. Contradiction, bonjour ! Perdu dans ses pensées, il n'avait pas réalise que l'autre s'était arrêté et faillit lui rentrer dedans. "P-Pardon..." Il sentit le rouge lui monter aux joues. Bon sang. Il avait l'air tellement gentil...ce frère qu'il n'avait jamais connu. Il lui proposait à boire et même à manger. "Je veux bien un verre d'eau..." La situation était tellement surréaliste. Finalement, la question fatidique fut posée. Peut-être que l'autre avait juste eu besoin d'un peu de temps pour se remettre du choc. Matthew hocha la tête à sa question, mais évidemment, il savait qu'il lui devait plus d'explications que ça. "Nous avons le même père...J'ai fait des recherches...je voulais le retrouver et j'ai découvert qu'il avait eu un autre fils. Alors...j'ai voulu te rencontrer à la place." Il esquissa un petit sourire timide et fixa le sol. "Ma mère était femme de chambre dans un hôtel où notre père est descendu...Je n'ai appris la vérité que récemment. A cause de lui, elle a été virée et c'était vraiment très dur pour elle..." Il poussa un petit soupir, puis releva la tête. "Mais c'est du passé. Je sais que ça paraît fou...et... peut-être que tu ne vas même pas me croire, mais...je suis sûr qu'on est frères. Du moins, demi-frères..."

Et maintenant ? Qu'allait-il se passer ? Il était un peu perdu, planté là au milieu de cette cuisine, dans cette maison étrangère, en compagnie d'un frère inconnu et de son chien. "Je...J'ai toujours voulu avoir un frère." Il lui adressa un nouveau petit sourire, puis voulut prendre le verre tendu par le jeune homme, mais il avait de plus en plus de mal à juger les distances et du coup, il toucha à peine le verre et le fit tomber avec fracas. Sans doute avait-il effrayé le pauvre Sam. "Je...Pardon ! Je suis vraiment désolé !" Quel idiot. Il venait de mettre les pieds dans le plat direct, là. "Je suppose que c'est l'émotion...je suis vraiment désolé !" Il ne se sentait pas du tout prêt à lui parler de sa maladie. Il était trop tôt. Il voulait d'abord en savoir plus, savoir s'il avait une chance d'apprendre à le connaître...mais après ce qui venait de se passer, il se ferait peut-être juste mettre à la porte. Bravo, Matt.
avatar
Messages : 152
Date d'inscription : 17/12/2017
Points : 632
Mon sosie, c'est : Alexander Calvert
Crédits : EXORDIUM. (vava) you_complete_messs (signa)
Emploi : pianiste au Hawthorn Lounge
Age : 25
Je vis avec : Fluffy, mon chat
Multi comptes : Preston, Oliver & Alex
J'prends la pose :

Matthew Clarke
la fondatrice bisounours


Voir le profil de l'utilisateur http://getreal.forumactif.com/t1050-matthew-clarke-alexander-calvert http://getreal.forumactif.com/t1057-matthew-clarke-don-t-be-afraid-of-the-dark

le Mar 19 Déc - 4:03

Running Home To You

Who needs a superheroes when you have a brother

Le choc était assez lourd. Non pas que Hippolyte ne voulait pas de frère, pas du tout, bien au contraire même. Hippolyte avait toujours compté  la famille comme quelque chose de très important : Il était simplement désolé que sa n’aille pas fonctionner avec sa famille. Sa mère, hormis les quelques fois où elle lui versait de l’argent, elle ne prenait plus de nouvelles de son fils. Son père et lui, s’était mort depuis bien longtemps désormais. Et Mikaela l’avait abandonné, du jour au lendemain, sans aucune nouvelle. Elle l’avait laissé derrière, encore une fois. Et Hippolyte s’était retrouvé sans famille. Enfin, rendu où il était, sa famille, c’était Carron et William. Et ça le resterait toujours. Mais il est vrai que pour un jeune homme qui avait eu la valeur familiale très ancré en lui depuis gamin, perdre ces trois attaches lui avaient été horrible (comme sensation). Donc il ne dirait jamais non à un frère, bien au contraire. En le voyant et, en essayant de faire des liens, son frère était décidément plus jeune que lui. Et il avait tout d’un visage adorable. Il était certain que, si comme Matthew le disait, ils étaient frères, Hippolyte le protègerait de tout ce qu’il aurait voulu être protéger. Il lui apprendrait tout ce qu’il aurait voulu apprendre. Et surtout, il lui apprendrait à aimer la vie, malgré tout ce qui pouvait arrivé. Malgré les peines d’amour, malgré les disputes, malgré la famille, malgré les « faux-amis », malgré … la maladie… Il lui apprendrait à aimer la vie, car il aurait tant voulu que quelqu’un lui apprenne ça plutôt dans sa vie. Si Matthew était véritablement son frère, comme il espérait même désormais, alors il le protègerait comme un grand frère le devrait, et il l’aimerait. Il l’aimerait pour trois s’il le fallait. Pour Mika, pour son père, et pour lui. Il l’aimerait pour combler tous ces besoins. Alors peut-être qu’il lui ouvrait facilement la porte, peut-être qu’il lui faisait trop facilement confiance à cet inconnu- qui avait, il le fallait dire, rien à l’air avec quelqu’un de menaçant au contraire -, mais il avait envie de croire à cet histoire de frères. Il avait envie de s’y accrocher, car surtout dans sa situation, il voulait s’accrocher à tout ce qui lui viendrait. Il voulait pouvoir garder un certain espoir que sa vie… se stabiliserait un jour pour le mieux.

Hippolyte lâcha un léger soupire de soulagement en voyant Matthew s’attachait autant à Sam, qui ne pouvait être que plus content de se voir aimé d’une nouvelle personne. Hippo fixa son « frère » s’amusait un moment avec Sam qui lui tournait joyeusement autour, les oreilles dressés, aboyant. Il le laissa rentré à l’intérieur, riant avec douceur. « Tant mieux alors, car Sam t’a déjà apprivoiser, tu vois ça? », dit-il en riant joyeusement. « Et oui, je suis désolé, je te tutoie! C’est l’habitude avec mon travail, et tout… Donc tutoie-moi, ne t’en sens aucunement gêné! » dit Hippolyte. L’habitude de travailler avec des enfants et d’aider des organismes… Tu tutoyais vite les gens, car dans ces travailles, tu étais souvent égales à tout le monde, du coup… À part tes supérieurs, tu ne vouvoyais pas grand monde.

Hippolyte alla vers la cuisine avec Matthew, Sam restant proche de son nouvel ami, le fixant de ses grands yeux en jappant parfois avec joie, tout heureux. Hippolyte rigola avec douceur, posant sa main sur l’épaule du jeune homme, essayant ainsi de le détendre. « Ne t’en fait pas, il n’y a aucun mal! Je t’apporte le verre d’eau! », dit-il en se redressant, allant sortir un verre. En même temps, il écouta parla Matthew, déposant le verre d’eau proche de l’homme. Il s’appuya sur la table pour l’écouter, hochant parfois la tête lentement. Malgré la situation, Hippolyte avait envie de croire à un futur meilleur, pour leur relation. Il avait envie de croire que Matthew deviendrait son frère, celui qui serait enfin le comprendre et resterait auprès de lui, pas comme Mikaela. Il espérait que Matthew soit ce membre de famille qui l’aimerait… qui l’aimerait pour ceux qui ne l’avait pas aimé. Il voulait croire que Matthew serait ce frère qui lui ferait oublié que ses parents le détestaient. « Ne le rencontre jamais, c’est un conseil que je te donne Matthew. », dit-il avec douceur. « Tristement, cela ne me surprend pas plus de lui. Mon père… Notre père, désolé, n’a jamais été réellement présent pour ses enfants. Tu n’as pas manqué grand chose, je suis … simplement horriblement désolé pour ta mère. Est-ce qu’elle va bien? Elle a besoin d’argent? Je peux l’aider, si elle en a besoin… » dit Hippolyte, toujours prêt à aider. Il avait grandit ainsi. « Le cœur sur la main » était décidément le terme qui le définissait le mieux. Il avait toujours aidé les autres à l’école, et désormais, il faisait la même chose. Ayant toujours aidé les organismes, il avait apprit à comprendre les humains mieux que la majorité des gens, sans vouloir le vanter. C’était juste un apprentissage qu’il avait fait.

Mais avant qu’ils ne puissent continuer à parler de ce sujet, Matthew avança la main pour prendre le verre d’eau, seulement, à cause d’une maladresse, il effleura le verre et celui-ci finit en milles morceaux sur le sol, faisant sursauter un peu Sam et Hippolyte. Maladresse… ou autre chose? Hippolyte aidait multiples de gens, et donc il avait apprit à ne pas s’arrêter à une seule hypothèse. Mais ce n’était pas le moment des hypothèses, le pauvre Matthew semblait paniqué. Sam leva rapidement ses yeux inquiets vers lui : Habitué au comportement de son maitre, il ne réagissait pas comme les autres chiens. Sam était un chien entrainé, avec le temps, pour aider les gens. Il leva donc une de ces pattes, venant la poser sur la jambe de Matthew avec inquiétude, alors que Hippo posait doucement ces mains sur les épaules de ce dernier, se rapprochant de lui pour se baisser vis-à-vis ses yeux.  « Eh, Matt’… Je peux t’appeler Matt? », dit-il en souriant. « Tu n’as pas à paniquer ici, tu n’as aucune inquiétude à avoir… Tu n’as pas besoin de stresser pour rien, d’accord? Je suis là pour t’aider. Et je te crois, Matt. Je te crois quand tu me dis que nous sommes frères. Regarde Sam! Il t’a déjà adopté… », dit Hippolyte en riant avec douceur, venant doucement glisser ses mains sur les bras de Matthew pour le détendre, souriant. « Ce n’est qu’un verre, Matt’ , rien de grave. », dit-il en venant prendre la main de Matthew, vérifiant s’il n’était pas blessé. « Regarde, tu n’es pas blessé, donc c’est ça l’importance. L’importance, c’est que tu ailes bien. », ajouta Hippolyte en lui souriant, avant de venir se pencher pour ramasser les bouts de verre sur le sol, finissant par les mettre dans la poubelle en épongeant l’eau sur le sol. « Sam t’a sentit nerveux, et moi aussi… », dit-il en se redressant lentement une fois le sol lavé. « Est-ce que tout vas bien…? »



made by LUMOS MAXIMA
avatar
Messages : 218
Date d'inscription : 27/08/2017
Points : 518
Mon sosie, c'est : Matthew Gray Gubler
Crédits : EXORDIUM
Emploi : Baby-Sitter / Assistant Maternel
Age : 34
Je vis avec : Mon adorable golden retriever, Sam
Multi comptes : Drake Macnair
J'prends la pose :

Hippolyte Amory
membre tout choupinoupinet


Voir le profil de l'utilisateur http://getreal.forumactif.com/t586-hippolyte-amory-matthew-gray-gubler http://getreal.forumactif.com/t594-hippolyte-amory-chaque-pas-que-je-fais-est-une-erreur-a-vos-yeux

le Jeu 21 Déc - 2:28


Son frère...son grand frère. Il était si gentil. Matthew l'avait senti tout de suite et ça ne faisait que se confirmer au fil de leur échange. Ça le confortait dans sa décision d'avoir franchi le pas et d'avoir été le voir. Il avait envie de croire qu'il allait pouvoir apprendre à mieux le connaître et à passer du temps avec lui. Pourtant, paradoxalement, il ne voulait pas l'importuner plus que nécessaire, il ne voulait pas lui imposer ses problèmes, problèmes à cause desquels il était parti de chez lui et avait tout abandonné. "Et tu fais quoi comme travail ?" Vu l'attitude du jeune homme et sa façon de parler, Matthew devinait qu'il devait travailler dans le social ou du moins un milieu où il était constamment en contact avec des gens. Ça tombait parfaitement sous le sens. Mais peut-être n'aurait-il pas dû poser la question. Car son interlocuteur lui demandait certainement ce qu'il faisait dans la vie à son tour. Et le fait était que Matt avait un peu honte d'être sans emploi. En même temps, il avait terminé tout récemment ses études et à présent, il était totalement perdu. Il ne voyait pas qui voudrait l'engager avec son foutu problème de vue. Il réprima un petit soupir, ne voulant pas songer à ça pour le moment. Il voulait simplement profiter de ce petit moment en compagnie d'Hippolyte.

Ils en vinrent donc à parler de leur père et Hippolyte lui confirma que cet homme ne valait pas la peine d'être connu. Et puis, il s'inquiéta pour sa mère. Bon sang, ce type était vraiment trop gentil. Matthew secoua doucement la tête, un petit sourire aux lèvres. "C'est gentil, mais ça va. Elle a galéré au début, mais elle a fini par rencontrer un autre homme. Je le considère comme mon vrai père et je l'aime beaucoup. Il nous a vraiment aidés..." C'était tout de même assez incroyable qu'il raconte ainsi sa vie à quelqu'un qu'il venait juste de rencontrer. Mais il se sentait en confiance avec Hippolyte. Il avait l'impression de tout pouvoir lui dire sans être jugé et ça, ça faisait franchement du bien. "Et toi ? Ta mère ? D'ailleurs...j'ai cru voir que tu... qu'on avait une sœur aussi ?" Il n'avait aucune idée qu'il venait de bien mettre les pieds dans le plat et qu'il avait abordé un sujet très sensible pour son frère.
Puis, ce fut le drame. Il fit tomber le verre d'eau servi par Hippolyte et se sentit tout de suite totalement confus, voire un peu paniqué. Quelle magnifique impression il devait faire, là ! Mais encore une fois, l'autre jeune homme le rassura et entreprit de ramasser les bouts de verre après s'être assuré que Matt ne s'était pas blessé. Sérieux ? Le brun sentit le rouge lui monter aux joues. Il avait l'impression d'être traité comme un gamin et au fond, il n'aimait pas trop ça. Toutefois, c'était fait avec tant de douceur qu'il ne pouvait pas en vouloir à l'autre.

"Je suis vraiment désolé..." Il ne cessait de s'excuser malgré tout, se sentant mal. En plus, Hippolyte semblait avoir remarqué que quelque chose n'allait pas, vu sa question. Matthew se mordit la lèvre inférieure et garda le silence un moment, caressant la tête de Sam à ses côtés. Devait-il lui dire ? Autant être honnête envers lui tout de suite, non ? Alors, il prit une profonde inspiration avant de se lancer, cherchant le regard d'Hippolyte alors qu'il distinguait à peine sa silhouette de là où il était. "En réalité...non, ça ne va pas. Je..." Il marqua un temps d'arrêt, se passant une main sur le visage. Ce n'était jamais facile à dire car il n'avait pas encore vraiment accepté sa situation. "La vérité est que...je suis presque aveugle." Il baissa la tête et  lutta contre les larmes qui menaçaient de lui monter aux yeux. "J'ai une maladie des yeux contre laquelle on ne peut rien faire. Et bientôt, je ne verrai plus rien du tout." Il se mit à triturer nerveusement ses doigts. Non, vraiment, ce n'était pas facile à dire. "Je ne sais pas à quoi tu ressembles vraiment. Il faudrait que tu...t'approches tout près. Je..." Il hésita, déglutissant péniblement. "Je veux te voir. Graver l'image de ton visage dans ma tête." Merde. Une larme avait quand même réussi à passer et s'était mise à couler le long de sa joue. Il l'essuya rapidement, ayant juste envie de disparaître. "S'il te plaît. Ne me prends pas en pitié. Je déteste ça." Non, il ne voulait pas que les autres aient pitié de lui. Surtout pas Hippolyte. Surtout pas ses proches en général. C'était déjà assez difficile comme ça et il devait commencer à se faire à la situation et à penser à l'après. Certes, d'une façon il le faisait déjà en apprenant le braille, mais il n'arrivait toujours pas à se dire qu'il devrait se procurer une canne plutôt que de risquer de percuter des gens dans la rue ou, pire, des murs ou des portes vitrées. Parce que oui, ça lui était déjà arrivé et ça avait été l'une des pires hontes de sa vie.

"Voilà...Tu sais tout. Tu veux toujours de moi ?" Bon sang. Pourquoi avait-il demandé ça ? C'était une question ridicule ! Pourtant, il n'avait pas pu s'en empêcher. Et maintenant, il avait à nouveau envie de disparaître au fond d'un trou. Un tour minuscule dont il ne sortirait plus.

______________________________

avatar
Messages : 152
Date d'inscription : 17/12/2017
Points : 632
Mon sosie, c'est : Alexander Calvert
Crédits : EXORDIUM. (vava) you_complete_messs (signa)
Emploi : pianiste au Hawthorn Lounge
Age : 25
Je vis avec : Fluffy, mon chat
Multi comptes : Preston, Oliver & Alex
J'prends la pose :

Matthew Clarke
la fondatrice bisounours


Voir le profil de l'utilisateur http://getreal.forumactif.com/t1050-matthew-clarke-alexander-calvert http://getreal.forumactif.com/t1057-matthew-clarke-don-t-be-afraid-of-the-dark

le Dim 7 Jan - 23:58

Running Home To You

Who needs a superheroes when you have a brother

Au fond de lui, Hippolyte avait toujours voulu un petit frère. Non pas que sa sœur n’était pas suffisante. Vu toutes ces conneries, sa présence était bien assez turbulente dans la famille. Mais Hippolyte avait l’instinct d’un grand frère, il avait l’envie de protéger les gens, et la douceur de s’occuper des plus jeunes. Il aurait voulu un petit frère dont il aurait pu tenir la main, un petit frère qu’il aurait pu protéger, mais surtout, un petit frère dont il aurait pu tout apprendre. Mikaela était né environ dans les mêmes années que lui et leur grande ressemblance de caractère faisait en sorte que quand l’un se trouvait dans la merde, l’autre aussi. Mais Hippolyte avait toujours voulu avoir un petit frère, qu’il n’aurait jamais laissé leur père lui dictait quoi faire comme il avait tenté avec Hippolyte. Et cela le marquait toujours autant que quand il était petit. Son père… Il ne pouvait pas imaginer que cet idiot aille fait du mal à une femme aussi douce que la mère de Matthew semblait l’être. Comment avait-il pu osé faire souffrir une autre famille? Comment avait-il osé tromper sa mère? Comment… Il serra les dents lentement sous la colère, détournant le regard un moment. Son père… Il le détestait. Il détestait chaque nouvelle chose qu’il apprenait de lui. Il sursauta un peu quand Matthew lui parla, se redressant en souriant. « Je travail en tant qu’assistant en maternel ainsi que baby-sitter à domicile. », dit-il en souriant, se redressant pour être face à son petit frère. « J’aide aussi plusieurs organismes dans le besoin. Par exemple, j’aide les sans-abris ou encore les anciens alcooliques à ne plus retomber dans l’alcool. C’est… vraiment passionnant. », dit-il avec sincérité, son regard brillant. Il avait toujours aimé son travail et ce qu’il apportait. Pour une fois qu’il pouvait amené quelque chose de bon dans la vie. « Tant mieux si ta mère a rencontré quelqu’un. Elle le méritait. Je suis sincèrement désolé que mon père aille… vous aille fait autant de misère. Il avait déjà détruit notre famille, il n’a pas pu s’empêcher d’aller en détruire une autre. Je suis vraiment désolé, même si j’avoue ne pas être désolé de pouvoir te compter comme mon frère. », dit Hippolyte avec sincérité, le regard brillant.

Puis, ils changèrent de conversation et Matthew s’intéressa à sa famille, ce que Hippolyte ne pouvait absolument pas lui en vouloir. Il posa sa main sur la sienne pour essayer de cesser de la faire trembler, les sourcils froncés. Mikaela… « En faite, je… », il toussota un peu en voyant que sa voix tremblait légèrement. « Désolé… En faite, je parle peu avec ma mère depuis que j’ai quitté ma maison à mes 18 ans. Elle me parle encore un peu parfois, mon père, je ne lui parle plus du tout. Disons que j’ai préféré partir après qu’il m’est avouer que je n’étais rien pour lui. » , murmura Hippolyte, avant de soupirer lentement. « Pour notre sœur… Elle s’appel Mikaela, mais... Je ne sais pas si tu pourras la rencontrer un jour. Elle a disparut du jour au lendemain, j’ignore où elle est rendue, désormais. », dit-il lentement, sentant le poignard s’enfoncé un peu plus dans sa poitrine, serrant ses mains ensemble pour essayer de ne pas laisser son corps tremblait sous la douleur. « Disons que… ma famille est pas mal… Dispersé, je suis désolé. », dit-il avec douceur, avant de venir doucement passer sa main dans les cheveux de Matthew pour les replacer. « Mais moi, je resterais là! » , dit-il en souriant, essayant de chasser sa douleur.

Suite au verre brisé, Sam vient doucement se blottir contre les jambes de Matthew, comme pour venir lui apporter du soutien, jappant avec douceur, inquiet, alors que Hippolyte finissait de jeter le tout à la poubelle, se penchant vers son frère pour poser son regard inquiet sur lui, prêt à tout entendre. Il l’écouta parler sans l’interrompt, hochant parfois la tête lentement, mais sans jamais montrer un quelconque sentiment de pitié. Il était désolé pour lui, mais il ne le prenait pas en pitié, l’écoutant pour bien comprendre sa situation. Il ouvrit les lèvres, mais la dernière phrase, murmurait avec une telle douceur de la part de son frère, le fit hausser les sourcils de surprise. « Quoi? », murmura-t-il lentement, surpris et déstabilisé, avant de lentement sourire, venant se rapprocher de Matthew avec douceur pour prendre les mains de son frère dans les siennes. « Matthew. Bien-sûr que je veux toujours de toi. Ce n’est pas une maladie qui me sépara de mon frère, qu’importe la maladie. Tu restes mon petit frère, tu restes celui que je suis supposer protéger et taquiner, non? Tu ne me perdras pas… », dit-il en souriant. « Si tu as besoin de soins, si je peux faire quoique ce soit, je t’aiderais, mais je ne te prendrais jamais en pitié, Matthew. », dit-il avec sincérité. « Tu veux me voir? », demanda-t-il en souriant, s’approchant rapidement en poussant avec douceur Sam, qui jappa joyeusement, se glissant derrière son maitre. Il s’approcha très proche de lui pour le laisser le voir, se baissant à la même hauteur que Matthew. « Là, tu me voies mieux? » , demanda-t-il en souriant. « Tu me ressembles, tu sais. On a certains traits en communs… », dit Hippolyte avec douceur. « Je me reconnais en toi, petit frère. », rajouta Hippo.


made by LUMOS MAXIMA
avatar
Messages : 218
Date d'inscription : 27/08/2017
Points : 518
Mon sosie, c'est : Matthew Gray Gubler
Crédits : EXORDIUM
Emploi : Baby-Sitter / Assistant Maternel
Age : 34
Je vis avec : Mon adorable golden retriever, Sam
Multi comptes : Drake Macnair
J'prends la pose :

Hippolyte Amory
membre tout choupinoupinet


Voir le profil de l'utilisateur http://getreal.forumactif.com/t586-hippolyte-amory-matthew-gray-gubler http://getreal.forumactif.com/t594-hippolyte-amory-chaque-pas-que-je-fais-est-une-erreur-a-vos-yeux

le Mar 9 Jan - 15:45

Matthew n’arrivait toujours pas vraiment à réaliser qu’il était avec son frère. Son grand frère. Ce grand frère qui semblait l’accepter sans se poser de questions. Il était tellement gentil que ça mettait du baume au cœur du jeune homme. Il s’était tout de suite senti bien en sa présence, à l’aise. C’était un sentiment inexplicable et pourtant, il était bien présent. Sans savoir pourquoi, il savait qu’il pouvait faire confiance à Hippolyte, qu’il n’avait aucune crainte à avoir. Pourtant, des craintes, il en avait eu avant de venir ici. Il s’était si souvent demandé ce qui se passerait si cet homme refusait de lui parler, s’il lui claquait la porte au nez en disant qu’il ne voulait rien savoir. Oui, ça avait sans doute été sa pire crainte. Et cette crainte s’était volatilisée presque instantanément. Il venait tout juste de le rencontrer et pourtant, il se sentait déjà en sécurité avec lui. C’était tellement bizarre et pourtant, ça semblait naturel. Bien sûr, ils avaient beaucoup de temps à rattraper, beaucoup à apprendre l’un de l’autre, mais Matthew avait justement tout son temps. En même temps, il se rendait parfaitement compte du paradoxe de sa démarche. Après tout, il avait quitté sa ville natale pour s’éloigner de ses proches, et plus particulièrement de son ex, afin de ne pas leur imposer les conséquences de sa maladie, afin qu’ils ne le prennent pas en pitié et des conneries du genre. Car oui, c’était des conneries, c’était certain. Quoiqu’il en soit, il avait donc demandé à Hippolyte ce qu’il faisait dans la vie et sa réponse lui soutira un petit sourire. Il ne s’était pas trompé. Cet homme était quelqu’un de gentil, quelqu’un qui aimait aider les autres, qui avait le cœur sur la main. « Wow…Tu es vraiment quelqu’un de bien ! » Il lui adressa un sourire plus large. « Je suis vraiment ravi de pouvoir te considérer comme mon frère ! » Et ça, c’était bien vrai.

Son sourire s’évanouit néanmoins lorsqu’ils en vinrent à parler de leur crétin de père et de leurs familles respectives. L’histoire d’Hippolyte lui fit mal au cœur, très mal, même. Et il se rendait compte de la chance qu’il avait. Oui, il avait de la chance et pourtant, il avait choisi de tourner le dos à sa famille pour une raison totalement débile au fond. « Je suis désolé…je ne voulais pas faire remonter ces souvenirs douloureux…Merci de me l’avoir dit. Je ne te poserai plus de questions à ce sujet et si jamais tu veux en parler davantage…je saurai t’écouter. » Il lui adressa un doux sourire avant d’être totalement submergé par l’émotion. Car oui, il avait choisi de dire la vérité au jeune homme tout de suite. Cacher sa maladie n’aurait servi à rien, surtout après l’incident du verre. Autant qu’il soit au courant dès que possible. Inutile de dire qu’il ne s’était pas du tout attendu à une telle réaction. Son cœur loupa un battement lorsqu’il sentit les mains du plus vieux prendre les siennes. Il était si doux…si gentil…c’était presque trop beau pour être vrai et pourtant. Ses paroles lui firent monter les larmes aux yeux. Bordel, il était si faible. Mais comment rester insensible face à de telles paroles ? Cela ne faisait pas longtemps qu’ils se connaissaient et pourtant…pourtant Hippolyte le considérait déjà comme son frère, un frère dont il voulait prendre soin, un frère qu’il voulait chérir. Sans la moindre pitié. Oui, il le croyait quand il le lui disait. La sincérité s’entendait dans sa voix. « Merci…Vraiment…Je ne m’attendais pas à ça pour être honnête…Il y a quelques instants, tu ignorais mon existence et maintenant, ça semble une évidence pour toi. Tu es quelqu’un d’extraordinaire…Et je suis vraiment heureux de pouvoir te considérer comme mon grand frère. »

Il lui sourit doucement avant de secouer la tête à sa question concernant les soins. « Ne t’en fais pas, je n’ai besoin de rien. On ne peut pas faire grand-chose, de toute façon… » Il poussa un petit soupir, tentant de ne pas se laisser davantage encore envahir par l’émotion. Tout ce qu’il voulait à cet instant, c’était voir son grand frère pendant qu’il le pouvait encore. Ce dernier s’approcha donc de lui, tout en déclarant qu’il lui ressemblait. Matthew ne put s’empêcher de sourire bêtement à cette réflexion. « Eh bien, ça prouve qu’on est bien frères. » Il plissa les yeux et tenta de distinguer les traits de son aîné. C’était toujours très flou, mais il pouvait le voir. Du moins un peu. Son sourire, ses traits doux...Il avait l’air si gentil, tellement gentil. Matthew leva une main presque machinalement et la posa sur la joue d’Hippolyte. « Ton visage restera à jamais gravé dans ma mémoire. » Il lui sourit, puis caressa doucement cette joue l’espace de quelques instants. « Merci. » Il retira sa main lorsqu’il se rendit pleinement compte de ce qu’il faisait et tourna la tête, les joues rouges, gêné. Bon sang. Hippolyte allait le prendre pour un fou ou il ne savait quoi. En plus, submergé par l’émotion, il n’avait même pas réalisé qu’une larme avait coulé sur sa joue. Joue qu’il finit par essuyer, toujours aussi gêné. « Pardon…je crois que je me suis laissé emporter. » Eh merde. Merde. Il avait tellement envie de pleurer. Pas de tristesse. Bien au contraire. Il avait envie de pleurer de joie. De bonheur. Il avait un grand frère. Un grand frère des plus gentils qui l’acceptait tout de suite et surtout, qui ne semblait pas avoir pitié de lui. N’y tenant plus, il se laissa finalement porter par son envie du moment et passa ses bras autour du cou du plus grand pour l’enlacer fort, très fort. « Merci de m’accepter. J’espère que…que c’est pour la vie. » Il enfuit son visage contre le torse d’Hippolyte et resta comme ça un long moment. Il ne voulait pas le lâcher. Il voulait rester là. Il voulait s’assurer que tout ça n’était pas qu’un rêve, que c’était la réalité et que son grand frère ne disparaîtrait pas. « Au moins, notre père aura fait quelque chose de bien. » Après tout, sans ce crétin, cette rencontre n’aurait jamais pu avoir eu lieu.

______________________________

avatar
Messages : 152
Date d'inscription : 17/12/2017
Points : 632
Mon sosie, c'est : Alexander Calvert
Crédits : EXORDIUM. (vava) you_complete_messs (signa)
Emploi : pianiste au Hawthorn Lounge
Age : 25
Je vis avec : Fluffy, mon chat
Multi comptes : Preston, Oliver & Alex
J'prends la pose :

Matthew Clarke
la fondatrice bisounours


Voir le profil de l'utilisateur http://getreal.forumactif.com/t1050-matthew-clarke-alexander-calvert http://getreal.forumactif.com/t1057-matthew-clarke-don-t-be-afraid-of-the-dark

Hier à 9:05

Running Home To You

Who needs a superheroes when you have a brother


Peut-être qu’au final, Hippolyte pouvait au moins se reconnaitre un « don ». Sa gentillesse rassurante en avait déjà aidé plusieurs et, ça, il pouvait au moins s’en sentir fier. Il se sentait fier de peu de choses à propos de lui, mais sa gentillesse… C’était ce qui l’avait toujours tenu debout. Aidé des enfants et des organismes étaient un point central de sa vie, mais aussi aidé les autres, ses amis. James, Carron, Ashleigh, Matthew et il en passait. Hippolyte était capable d’aider les autres, plus que lui-même, car ce qui le faisait sentir vivant était de voir l’impact positif qu’il pouvait laissé dans la vie de quelqu’un. Au début de sa vie, il avait plutôt infecté « négativement » les gens, ou du moins, c’est ainsi qu’on lui avait laissé croire. Ces parents, ces collègues à l’école… Il avait été vu comme le raté, celui qui ressemblait à une fillette malgré le fait qu’il était un homme. Les gens l’avaient repoussé, détesté et, même, insulté jusqu’à une moquerie cruelle digne des adolescents. Ça avait été une période très sombre de la vie de Hippolyte vu que ce passage marquait le début de sa dépression, dépression qu’il cherchait encore aujourd’hui à cacher aux gens qu’il aimait. Bien qu’il l’avait avoué à Carron, il avait toujours de la difficulté à réaliser que celle-ci était bien réelle. Vous savez, la dépression est encore très mal vue dans la société actuelle. Elle est vu comme une maladie irréelle : Une maladie qui se passe seulement dans la tête de la personne qui le vit. « Ça va passer. Des phases de tristesses, tout le monde en a ». Vous avez dû entendre plusieurs fois cette phrase à propos des dépressifs. Peu de gens voyaient l’impact réel de la dépression dans la vie de quelqu’un. La majorité pensait que c’était des phases simplement de tristesse, mais la dépression était réelle et bien plus forte que ça. Jusqu’à aller à des idées suicidaires… La dépression arrive quand tu ne vois plus les portes de sorties. Et le plus triste, c’est que tu ne les cherches plus, les portes de sorties. Tu as simplement envie que la douleur qui t’empêche de respirer cesse enfin. Alors tu luttes. Mais à force de lutter, la force n’y est plus, et tu n’as plus qu’une envie : Couler. Il fixa Matthew avec surprise, avant de se sentir rire doucement, attendrit, le cœur léger en venant glisser quelques doigts dans les mèches de son petit frère, tendrement. Petit frère… Son petit protégé rien qu’a lui. Celui dont il pouvait désormais tout apprendre sur la lourdeur de ce monde, mais aussi de sa beauté. « Arrête, tu vas me faire pleurer, petit frère! Tu es trop adorable, j’ai tellement de chance de t’avoir! », dit-il doucement. « Toi, tu fais quoi comme travail? Ou du moins, dans quel domaine voudrais-tu aller? », dit-il avec douceur, le regard brillant, intrigué de savoir ce qu’aimait son frère. Mieux le connaitre, c’est tout ce qu’il voulait.

Hippolyte regarda doucement dans les yeux Matthew, lui devant la vérité sur cette famille qu’il avait, malgré la douleur que cela lui apportait dans parler, surtout présentement. Mais il ne voulait pas mentir à Matthew, c’était bien la dernière chose qu’il voulait. « Ne t’en fait pas, Matt… C’est des choses que tu as tout le droit de savoir. La disparition de ma sœur, si je puis appelé ça ainsi, est trop récente, donc ça fait encore mal… J’en avais parlé à mon petit-ami, mais… C’est douloureux. Je l’aimais tellement. Je l’aime tellement… », murmura-t-il lentement. « Mikaela était mon seul pilier pendant un long moment, la seule à me comprendre durant toute mon adolescence. J’étais déteste de notre père, et c’était pire à l’école. Maman… Maman était présente, mais sans l’être vraiment. Elle ne savait jamais vraiment comment agir avec moi. Aujourd’hui, elle m’aide à payer cette maison, comme pour effacer de n’avoir jamais été là quand j’étais jeune. Mais… Ça n’efface rien de la souffrance que j’ai retenu pendant des années. Mikaela me faisait sentir comme… une bonne personne. Et désormais, elle est partie. », murmura-t-il lentement. « Mais grâce à des personnes comme toi, ou comme Carron… Je me sens vivant. Je sens que j’apporte quelque chose… De bien, pour une fois. C’est surement pour ça que je te voie tellement en tant que mon petit frère. Je reconnais ce regard que tu as. Tu as le même que moi. Et… quand je te regarde, je ne me sens plus seul. », murmura Hippolyte en venant chercher la main de son frère, la serrant avec douceur, le regard brillant. « Je ne me sens plus seul… »

Hippolyte hocha un peu la tête avec douceur, le regard triste, mais compréhensif. Triste qu’on ne puisse rien faire, mais compréhensif que la médecine ne pouvait malheureusement pas tout guérir, malgré les recherches. Il effleura avec douceur les cheveux de Matthew, venant le laisser s’approcher de lui pour laissé son petit frère effleurait son visage de ses doigts, imprégnés chacun de ces traits. « C’est normal, ne me remercie pas pour ça, petit frère. C’est tout à fait normal… », dit-il avec douceur, le regard brillant. Il le fixa avec surprise, avant de venir rapidement glisser ses bras autour de Matthew pour le serrer contre lui en souriant, le regard brillant, posant ses lèvres sur le dessus de sa tête. Il vient caresser doucement son dos, le berçant avec douceur pour calmer ses larmes, souriant. « Au moins, oui… Il m’aura apporté le plus beau petit frère que j’aurais pu rêvé. » , dit-il avec douceur, avant de venir doucement aidé Matthew à s’assoir sur une chaise, s’assoyant à ses côtés, le regard brillant. « Je veux tout apprendre de toi! Parle moi de toi! De ta famille, de tes amis, de ce que tu aimes, ce que tu n’aimes pas! Je veux tout savoir de toi, Matt’! Je peux t’appeler Matt? », dit-il en riant. « Oh, tu as un appartement? Sinon, tu peux venir t’installer ici sans problème! Cette maison est bien trop grande pour une seule personne! Je vais devoir te présenter Carron! »


made by LUMOS MAXIMA
avatar
Messages : 218
Date d'inscription : 27/08/2017
Points : 518
Mon sosie, c'est : Matthew Gray Gubler
Crédits : EXORDIUM
Emploi : Baby-Sitter / Assistant Maternel
Age : 34
Je vis avec : Mon adorable golden retriever, Sam
Multi comptes : Drake Macnair
J'prends la pose :

Hippolyte Amory
membre tout choupinoupinet


Voir le profil de l'utilisateur http://getreal.forumactif.com/t586-hippolyte-amory-matthew-gray-gubler http://getreal.forumactif.com/t594-hippolyte-amory-chaque-pas-que-je-fais-est-une-erreur-a-vos-yeux


Contenu sponsorisé


- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum