Partagez | 
 

 Take me back to the night we met - Erihel & Madeline.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Take me back to the night we met - Erihel & Madeline.   Mar 8 Aoû - 19:28



Take me back to the night we met.

Avec Madeline Steel


Elle avait cette aisance, cette manière de faire en sorte que mon cœur bat un peu plus fort, un peu plus vite, quand elle est là, près de moi. J’avais besoin de faire en sorte, qu’elle soit là, j’avais besoin d’elle au fond, j’avais besoin de ses bras, j’avais besoin qu’elle soit là, qu’elle apaise ma douleur, et pourtant elle me fait autant de mal qu’elle me fait de bien, mais j’ai besoin d’elle. Elle est comme cette drogue douce, qui ne se sent pas, mais qui fait un fol effet, et qui me fait me sentir plus vivante que jamais. Mais je ne devais pas compter uniquement sur ça, je suppose qu’elle ne tient pas à moi, comme je peux tenir à elle, elle ressent ce que je suppose être un amour amical, et l n’est pas aussi fort que ce que je ressens… Elle avait la facilité de me détourner de mes pensées, et elle écartait Audren de ma tête, elle soulageait mon cœur meurtri, avant de le briser, mais avec elle, il respirait, parfois. Il allait bien, de temps à autre, il se reposait par moment. Et puis elle me rappelait un peu Audren par moment, ses longs cheveux noirs, sa taille toute fine et menue, qui tenait si bien dans mes bras. Elle avait ce si beau sourire, cette facilité à sourire, je lui enviais. Je lui enviais cette facilité, je ne souriais pas autant.

Je finissais de nettoyer les platines, sous les boutons, et tout, pour que tout soit aussi propre que possible, j’avais peut-être un sale caractère, mais j’étais maniaque. J’aimais que tout soit propre. J’avais entendu le son de l’ordi, qui manifeste, un nouveau message de Maddie Jolie. « Oh, je vois ! Chez toi ? Hem, oui, j’arrive, après mon ménage quoi. » Avais-je répondu à la belle Maddie, avant d’éteindre l’ordi, et de le ranger dans mon sac à dos. D’aller ranger les trucs pour nettoyer, et de récupérer mes affaires dans une salle, derrière le bar, rangeant mes chargeurs, et tout le tintouin dans mon sac, histoire de rien oublier. Je rangeais mes affaires, et je sors de la boîte, fermant toute les entrées et issues possibles, en faisant bien attention de faire en sorte que les caméras de sécurités soient allumées, on ne sait jamais. Je montais dans mon 4x4, et je partais en direction de chez Cole et Maddie. Je gare mon 4x4 devant la maison, et descends de celle-ci, mon eastpack sur le dos. J’étais un peu plus apprêtée que d’habitude. J’espère ne pas lui faire peur comme ça. J’étais un tout petit peu maquillé, légèrement coiffée, et habillée d’une autre manière. Je tape à sa porte, malgré l’heure tardive, et j’entre, quand la porte s’ouvre, sur la belle Maddie, dans son pyjama blanc, On était assorties dans les couleurs, et sans même s’être concertées.

« Hey, j’ai finis un peu tard, désolé, ma douce. » Dit-elle, en souriant, et serrant Maddie dans mes bras, rapidement. J’embrassais sa joue avec douceur, quand ses lèvres, se posent tendrement sur les miennes. Mon cœur s’emballe, alors que je pose mes mains sur ses hanches, il n’y a rien d’ambigüe, juste une véritable tendresse, et de… l’amour ?

Code by Joy
Revenir en haut Aller en bas
avatar
modératrice trop adorable
Messages : 685
Date d'inscription : 30/07/2017
Points : 1331
Mon sosie, c'est : Grace Neutral
Crédits : Himi
Emploi : Illustratrice jeunesse et mannequin
Age : 25
Je vis avec : Cole, mon grand frère
Multi comptes : Carron Sang, Chase Monaghan, Sophie Holderson
J'prends la pose :

MessageSujet: Re: Take me back to the night we met - Erihel & Madeline.   Mar 8 Aoû - 21:05


Be my friend. Hold me, wrap me up, unfold me. I am small and needy. Warm me up and breathe me.
•••Je me gratte nerveusement les mains au fond de mon canapé en pensant à quand elle va arriver. Qu’est ce que je vais faire ? Qu’est ce que je vais lui dire ? Puis je me lève, je fais un peu de ménage, parce que sinon, que va-t-elle penser ? Je donne un peu d’eau à mes fleurs, j’allume une bougie parfumée, et j’éteins la télé qui tourne en boucle depuis une heure. Je me fourre ensuite au fond de mon plaid en attendant qu’elle arrive, un peu de groove métal en fond pour ne pas tomber de sommeil. Je repense à Austin, à nos premières fois, aux erreurs que j’ai faites et à ce que j’avais fait pour lui donner le sourire. Cher grimpe sur le canapé contre moi, et j’allais fermer les yeux quand j’entends le quatre quatre d’Erihel se parquer. Cher lève à peine une oreille, moi je me lève pour lui ouvrir et éteindre la musique. « J’ai finis un peu tard, désolée ma douce ». Je lui souris tendrement, referme la porte et me retourne sur elle. Elle a un petit tshirt gris sous une salopette blanche, rien à voir avec les couleurs avec lesquelles j’ai l’habitude de la voir, et pourtant je la trouve resplendissante. Elle est maquillée, légèrement, et je ne sais pas pourquoi, mais je sens le rouge me monter aux joues. Je souris en baissant la tête, et m’approche doucement d’elle. Je tremble sous la chair de poule qui hérisse ma peau, mon cœur bat plus vite que je ne l’aurais voulu et je suis prise d’une terrible envie de l’embrasser. Je pose mes deux mains sur son visage, puis mes lèvres doucement sur les siennes, comme elle l’avait fait cette nuit là. Je suis enivrée d’une profonde chaleur qui se répand dans tout mon corps. Ses lèvres sont douces, sucrées. Les miennes s’empressent contre les siennes, et je fais mon baiser plus profond. Puis je recule d’un pas, j’inspire profondément, la détaille du regard et lui chuchote à mi-voix « C’est pas grave. » Je la prend dans mes bras et je la serre fort. Je n’arrive plus à penser, je suis juste émue. Emue de pouvoir la tenir contre moi. J’embrasse ses cheveux, calmement, frénétiquement, passionnément, puis frotte mon nez contre le sien. J’embrasse ses joues, mes mains dans ses cheveux, et je glisse vers ses lèvres, qui m’attirent, qui m’appellent. Je sens son souffle chaud contre moi, j’ai envie de m’unir à elle, de ne faire qu’un. Je pousse ma langue contre la barrière que sont ses lèvres, et l’embrasse avec tendresse. Nos deux langues dansent une danse endiablée, et j’appuie inconsciemment mes doigts contre sa nuque, pour la tenir un peu plus contre moi. Je sens tout son corps contre le mien, sa respiration devenue bruyante, sa poitrine qui se lève et qui s’affaisse, son bassin contre le mien. Puis je pose mon front contre le sien et je lui dis, la voix mielleuse « Je suis contente que tu sois là ».
© 2981 12289 0





Be true to youI can go to bed at night thinking I truely am myself And its when you're being yourself that you're at your most beautiful.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://getreal.forumactif.com/t381-madeline-steel-grace-neutral http://getreal.forumactif.com/t382-madeline-steel-don-t-let-em-say-you-ain-t-beautiful
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Take me back to the night we met - Erihel & Madeline.   Mer 9 Aoû - 0:01



Take me back to the night we met.

Avec Madeline Steel


Son corps contre le mien, son souffle contre ma peau, ses lèvres contre les miennes, mes mains sur sa taille fine, qui caressait sa peau avec tendresse, et douceur. J’étais tellement bien, apaisée, calmée, détendue. Je suis folle d’elle, folle de son petit corps, folle de cette douce princesse au cheveux noirs. Son petit chuchotement, me fait frémir, alors que nous sommes quelques peu éloignées, l’une de l’autre. Là, dans le creux de ses bras, la tête dans le creux de son coup, je respirais son doux parfum musqué, alors qu’elle embrassait mes cheveux, et une fois que je relève la tête, nos nez se frôler, et nos lèvres enfin se touchent de nouveau, alors qu’en bas de mon ventre, naît une douce chaleur, qui se diffuse dans tout mon corps, me donnant terriblement envie d’elle. Envie de lui faire goûter à la chair, d’une toute autre manière, alors que nos corps ont si proches, qu’ils ne semblent être qu’une seule et même entité. Je pourrais tout faire pour elle, tout faire pour la garder avec moi, à jamais, juste là, dans mes bras. Son front contre le mien, je lui réponds, dans un murmure. « Et moi dont… »

Je n’avais pas hésité, à lui voler quelques autres petits baisers, alors que mes mains posées sur sa taille auparavant, remontaient dangereusement sous son haut de satin blanc, caressant du bout des doigts sa peau de pêche, aussi blanche que l’albâtre, et pourtant, qui resplendis tant elle est belle, et sublimée par les tatouages. Mais ses petites mains, viennent repousser les mains, et je comprends, alors je ne dis rien, je me contente de l’embrasser, une nouvelle fois, et de refermer mes bras autour d’elle, la rapprochant de mon corps au possible. Je ferme les yeux, doucement et tendrement, profitant de cette douce étreinte, qui nous fait du bien, à l’une et à l’autre. Je les rouvre ensuite, et lève doucement une de mes mains, caressant sa joue, la regardant dans les yeux, l’éclat amoureux dans les yeux, que je tentais de ne pas montrer, mais il est plus fort que moi.

« Je ne veux pas rentrer.. te quitter.. pas ce soir » dis-je d’une douce voix, je n’avais pas envie de me séparer de ses bras, de devoir encore passer ma nuit seule, et puis, j’ai envie d’être là, contre elle, de dormir dans ses bras, me réveiller demain matin, et voir son joli visage. Je ne veux pas être loin d’elle, pas ce soir.


Code by Joy
Revenir en haut Aller en bas
avatar
modératrice trop adorable
Messages : 685
Date d'inscription : 30/07/2017
Points : 1331
Mon sosie, c'est : Grace Neutral
Crédits : Himi
Emploi : Illustratrice jeunesse et mannequin
Age : 25
Je vis avec : Cole, mon grand frère
Multi comptes : Carron Sang, Chase Monaghan, Sophie Holderson
J'prends la pose :

MessageSujet: Re: Take me back to the night we met - Erihel & Madeline.   Mer 9 Aoû - 1:10


Be my friend. Hold me, wrap me up, unfold me. I am small and needy. Warm me up and breathe me.
•••Ses mains glissent sous mon haut, longent mon ventre dans une caresse qui me fait tourner la tête, et quand je les sens près de mes seins, je les prends pour les enlever. J’ai envie de son amour, rien que de son amour. Je continue de l’embrasser tendrement et elle m’étreint. Je me sens protégée de tout, et pour rien au monde j’ai envie de quitter ses bras. Elle me tient le visage, rompant notre baiser et je ne peux m’empêcher de gémir lorsque ses lèvres quittent les miennes. Elle me dit ne pas vouloir me quitter, et je lui souris, amusée, et lui vole un baiser « Qui a dit que tu devais me quitter ? » Je prends sa main dans la mienne, la caressant timidement et lui propose un dernier joint avant de dormir. J’ai des grinders un peu partout dans la maison, et je me pose sur le canapé, poussant Cher au passage, pour en prendre un et en sortir un peu de cette substance verte, juste assez pour faire dodo. Je l’allume la première, et on se le partage, sourire béat sur nos visages. Je me sens légère, plus que je ne l’ai été ces derniers jours, et je me laisse tomber doucement sur son corps engourdi, bercées par les ronflements de mon chien. Je détache une bretelle de sa salopette dont le bouton en métal me fait mal à la tête, puis nos mains s’entrelacent, mes paupières se ferment. Je lui souffle, avant que je ne m’endorme, la tête sur sa poitrine « Bonne nuit mon cœur ».


« Allez poupée, réveille toi » Je me réveille dans une longue plainte. J’ai encore les yeux fermés, le visage collé à Eri, et un mal de crâne terrible m’assaillit. « J’ai envie de toi Maddie, allez » Je sens une pression sur mes jambes, et j’ouvre péniblement les yeux, essayant de garder mes jambes comme elles sont. Je reconnais la voix rauque de Rick, et je lui supplie, la voix faiblarde « Laisse moi… ». Je lâche la main d’Erihel pour attraper mon téléphone par terre. Il est pas encore 10 heures. Je l’entends répéter par deux fois « Oh que non je vais pas te laisser » puis le son si particulier de sa main sur mes fesses. Cette fois, je tourne la tête vers lui, et je me fais mieux entendre « Putain Rick dégage !». Il me réponds presque du tac au tac « Tu sais que ça me fait bander quand tu me parles comme ça ? ». Putain, il le fait exprès ?! Je le fusille du regard, le cloue au mur avec mes deux yeux, en me tenant la tête, lourde, quand il décide de m’attraper par la taille, de me soulever et de me coincer entre lui et le mur. « Tu dis jamais non, d’habitude ». Je le regarde entre panique et rage. Il pue l’alcool à dix lieues et bande comme un taureau. J’essaie de me soustraire à sa poigne, mais il est plus fort que moi. Je le regarde alors droit dans les yeux, tremblant de tout mon être.
© 2981 12289 0





Be true to youI can go to bed at night thinking I truely am myself And its when you're being yourself that you're at your most beautiful.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://getreal.forumactif.com/t381-madeline-steel-grace-neutral http://getreal.forumactif.com/t382-madeline-steel-don-t-let-em-say-you-ain-t-beautiful
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Take me back to the night we met - Erihel & Madeline.   Mer 9 Aoû - 2:17



Take me back to the night we met.

Avec Madeline Steel


Après un bon joint et une petite nuit, je m’étais endormie, Maddie dans mes bras, alors que je la gardais là, tout contre mon cœur, qui ne cessait de battre la chamade après les doux mots qu’elle m’avait susurrés à l’oreille, son petit Bonne nuit mon cœur m’avait chamboulée, entièrement. Mon cœur s’était emballé dans ma poitrine, ça me donnait tellement de joie, de baume au cœur, j’étais enfin sereine ce soir, une bonne fois pour toute, et je me disais que j’allais enfin dormir correctement, que j’allais peut-être vivre une vie plus douce. Je caressais ses cheveux, alors qu’elle s’était endormie, la tête sur le haut de ma poitrine. Je me laissais bercée par les respirations profondes et régulières, de ma douce endormie. Je suis sur un petit nuage, je plane un peu, ce n’est pas faux, mais je l’ai là, tout contre mon cœur, sa main dans la mienne, et je finis par sombrer moi aussi, dans le sommeil, en murmurant « Bonne nuit à toi aussi, princesse »

Ce que j’aurais aimé être une plus longue nuit, finit par un brutal réveil, par la voix grondante d’un homme rustre, et la petite voix énervée de ma jolie Maddie. Je suis là, à me redresser, dans le canapé, me frottant les yeux, encore embuée par les vapeurs du joint d’hier soir, mais une scène me sort bien vite de ma rêverie. Devant mes yeux, Maddie, se fait violenter par un homme alcoolisé, et il la terrorise, je le vois dans ses yeux. Il touche à ma Maddie, MA beauté, MON petit ange. Oh non, ça ne va pas se passer ainsi, il ne fera pas de mal à ma Douce. Je me lève alors du canapé, et vient attraper l’homme par le col, pour le tourner face à moi, et je lui colle la plus grosse beigne de toute ma vie, lui brisant le nez. Je rageais, bouillonnait totalement. Il avait posé la main sur elle. Je n’ai pas le temps de voir Maddie, et de la rattraper quand elle glisse contre le mur, que je me retrouve au sol, assaillie par les coups enragés de l’ivrogne, pervers, détraqué. « Crève, connard » Lâchais-je en lui posant un autre poing sur le coin de son nez. Mais il continue, me mettant le nez, l’arcade, et la lèvre en sang. Je n’étais pas très bien, d’autant plus, quand il attaque mon ventre, le ruant de coup, mettant des coups de poings sur celui-ci, puis des coups de pieds. Je gémissais de douleur, quand il finit par s’arrêter. Je me protège le visage, des bris de céramique qui tombent, tout autour de moi. Et Cole qui débarque, pour le sortir de là, en l’insultant de tous les noms.. Je suis repliée sur moi-même, les yeux dans le vide, gémissant de douleur. Le sang coulait à flot de mon visage, et mon corps me brûlais. La douleur était intense, et m’irradiait dans tout le corps. Parler devenait difficile, mais j’avais besoin d’aide, mon corps meurtri, criait à l’aide. « Ma…Maddie..Je.. J’ai…M..Mal.. » Dis-je d’une petite voix, faible…


Code by Joy
Revenir en haut Aller en bas
avatar
modératrice trop adorable
Messages : 685
Date d'inscription : 30/07/2017
Points : 1331
Mon sosie, c'est : Grace Neutral
Crédits : Himi
Emploi : Illustratrice jeunesse et mannequin
Age : 25
Je vis avec : Cole, mon grand frère
Multi comptes : Carron Sang, Chase Monaghan, Sophie Holderson
J'prends la pose :

MessageSujet: Re: Take me back to the night we met - Erihel & Madeline.   Mer 9 Aoû - 12:18


Be my friend. Hold me, wrap me up, unfold me. I am small and needy. Warm me up and breathe me.
•••Eri se lève, prend Rick par le col, et lui assomme un coup de poing en plein nez, lui arrachant un cri plein de gargouillis. Un frisson glacial me déchire l’échine au même moment, comme si on m’avait renversé un bol de glaçons dans le dos. Je vois son regard devenir rouge, les muscles de sa mâchoire et de se joues se tendent très fort. Il saute sur Erihel dans un soupir rauque, et lui écrase un coup sur les lèvres. Je hurle à plein poumons. Eri glisse contre le mur, assommée par le coup et il se met sur elle, l’empêchant de se défendre. Je le supplie d’arrêter mais c’est comme s’il ne m’entendait pas. Des veines violettes se sont dessinées tout le long de son visage, il la frappe comme un animal enragé, martelant partout son corps, ne lui laissant aucun répit. Je saute sur son dos dans l’espoir de l’arrêter, mais il me repousse dans un cou de coude violent. Eri ne se laisse pas faire, je la vois tambouriner son corps de coups de poings, de coups de pieds, mais la lueur dans ses yeux s’amenuise, et son souffle est cout. Rick, avec la force d’un animal, fait couler le sang de son visage, un sourire indescriptible sur les lèvres, c’est à glacer le sang. Je tire son tshirt, je hurle, puis j’attrape la première chose qui me passe sous la main, et l’écrase sur son crane. Des dizaines de morceaux de céramiques se répandent sur le sol tandis que les fleurs tombent tristement sur son dos. Cole arrive au même moment. Je suis debout, je tremble et les larmes coulent abondement sur mes joues. Il me jette un coup d’œil affolé, regarde Eri, et attrape Rick avec plus de force que moi. Je n’avais jamais vu mon frère comme ça. Il le soulève de toute sa force en l’insultant de tous les noms et le pousse vers la porte. Dès que Rick quitte le corps de mon Erihel, je me laisse tomber sur les genoux près d’elle, et caresse son visage. Le sang coule de son arcade, de son nez, de ses lèvres, et à cela viennent se mêler mes larmes. Ma respiration est saccadée, je la regarde avec autant d’amour que de pitié. « Je sais ma puce ». Je l’embrasse du bout des lèvres en la caressant du bout des pouces. J’ai mal au cœur. J’ai terriblement mal de la voir comme ça, la vue m’est insupportable, j’ai du mal à contenir mes pleurs. Je lui chuchote « Attends moi là », caresse sa main et la lâche avant de m’empresser vers la salle de bain, les jambes tremblantes. J’attrape en quatre vitesse le nécessaire de premiers soins, je pose tout sur la petite table basse, et attrape une poche froide dans la cuisine.
J’allais nettoyer son visage quand Cole revient, et la prend dans ses bras. Mon cœur fait un râté, et je lui chuchote presque autant que je lui supplie « Doucement Cole ». Eri dans ses bras, il se déplace vers le canapé où il l’allonge délicatement. Il allait poser sa main sur son visage, quand je le pousse violemment. « Dégage ». Il tressaille, je le vois, et avant qu’il ne puisse en placer une, je réplique,la voix tranchante « Putain tu l’as laissé entré alors qu’il était bourré, c’est ta faute. DÉGAGE COLE ». Je tremble en le regardant, interdit. Ses yeux font l’aller retour entre Eri et moi et il me dit avec une voix de stendor « Tu fais chier Maddie » Il soupire. « Je suis en haut, si vous avez besoin de moi » Je réponds au tac au tac, à mi-voix « C’est ça ». Erihel respire avec difficulté à côté de moi. Je passe un bout de coton mouillé sur son visage pour enlever le sang encore frais. Il y en a sur sa salopette. « T’en a mis sur ta salopette », lui dis-je en souriant. Je regarde son visage, pleine de désarroi. Il est gonflé, rouge, presque violet à certains endroits. Je pleure encore, silencieusement. « Merci bichette » Rick est une enflure. C’est un dieu au lit, mais l’enfoiré a l’alcool mauvais. Une grosse vague de culpabilité me fait douter de moi. J’aurai du agir autrement, tout faire pour qu’Eri ne lui saute pas dessus. Peut-être que si j’avais trouvé les bons mots il ne l’aurait pas frappée. Je mords nerveusement mes lèvres, et repousse la faute sur Cole. Il savait que Rick n’aurait jamais pu s’empêcher de me sauter, et il l’a laissé seul avec moi et Eri. Et pourtant il sait qu’Eri compte. Je respire profondément en essayant d’éloigner ces pensées. Je lui fais un sourire tendre et affectueux en posant la poche glacée sur son arcade. « Tiens là, s’il te plait ». Je me retourne vers la table, et fait couler du désinfectant sur une compresse, que je passe sur son visage. « Tu…. Tu veux aller à l’hôpital ? »
© 2981 12289 0





Be true to youI can go to bed at night thinking I truely am myself And its when you're being yourself that you're at your most beautiful.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://getreal.forumactif.com/t381-madeline-steel-grace-neutral http://getreal.forumactif.com/t382-madeline-steel-don-t-let-em-say-you-ain-t-beautiful
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Take me back to the night we met - Erihel & Madeline.   Mer 9 Aoû - 16:34



Take me back to the night we met.

Avec Madeline Steel


J’étais là, au sol, priant pour que le feu de la douleur s’estompe et me laisse respirer correctement, je suis à bout de force, tout mon corps me fait mal, mon sang se diffuse au sol, et sur mes vêtements, pourtant j’aurais aimé ne pas en laisser ici, mais il avait touché à Maddie, il avait posé la main sur elle, sur mon petit ange. J’ai préféré prendre à sa place, prendre les coups, les encaisser, plutôt qu’il ne lui fasse du mal. Je n’aurais pas pu faire en sorte, de rester là, à rien faire, alors qu’il lui faisait du mal, ça jamais. Je la regardais, penchée sur moi, de mon regard, las et fatigué de la douleur. Mon corps était brûlant de douleur, puis elle me laisse là, prétendant revenir, pourtant les secondes ici, étendue sur le sol me semblent être des heures. J’ai tellement mal, partout, que je n’ai pas la force de bouger. Mais je me retrouve bien vite dans les bras de Cole, qui me dépose sur le canapé, alors que je grimace, mon dos est douloureux, tout comme mon estomac, dans lequel Rick a frappé sans aucune délicatesse.

Il était là lui aussi, mon meilleur ami, et pourtant, Maddie lui hurle de partir, de nous laisser, parce que tout est de sa faute. Je soupire difficilement, en levant les yeux vers le plafond, je hais les disputes, et encore plus entre eux, ils sont si proches d’ordinaire, que j’ai du mal à les voir de déchirer à cause d’un ivrogne. Puis Maddie se remets à me soigner, nettoyant mon visage, j’allais avoir un beau cocard moi, et je devrais utiliser une tonne de maquillage pour cacher tout ça, la joie… J’essaie de baisser la tête pour voir les tâches de sang sur mes vêtements, mais mon souffle s’amenuise encore, je repose ma tête sur le canapé, et mes yeux sur la belle aux cheveux de jais. «  Je me fiche de ma salopette, elle ira à la poubelle… Tant pis… » soufflai-je, avant de reprendre, d’une fine voix «  Tu n’as rien ? » Je voulais me rassurer, me dire que j’avais fait une bonne action, et que Maddie n’avait rien, me dire que j’avais pu lui empêcher de la souffrance. Mon état était certes catastrophique, mais j’étais inquiète, plus pour elle, que pour moi. Son sourire, me fait du bien au moral, elle apaise mes maux, doucement, tendrement. Je grimace quand le froid s’amène à mon arcade, et je lève la main, pour tenir la poche de glace. {b]  «Non, c’est bon, c’est j..juste le coup, ça va passer.. Je suis aussi bien ici »[/b] Dis-je en la regardant dans les yeux. J’avais mal, mais c’était l’effet des coups, je n’avais sûrement rien de plus. J’allais vite me remettre, à coup d’antidouleurs, et d’anti-inflammatoire, et j’irais mieux.. Et puis au fond… Je n’aime pas les hôpitaux

Mon visage était nettoyé, désinfecté, et même pansé par la jolie Maddie, heureusement, qu’elle avait été là, qu’aurais-je fait sans elle ? C’est une jeune femme merveilleuse. Elle compte tellement à mes yeux et j’aurais été prête à tout, pour lui empêcher un malheur, et ce quoi qu’il arrive, et même au prix de ma vie. Je parviens à me redresser, non sans grimacer, mon estomac était encore douloureux. Posant une main, sur sa joue, ou des larmes coulent encore. «  Merci d’être là, et d’avoir pris soin de moi.. Cesse de pleurer, bien que tu sois d’autant plus jolie avec ces yeux brillants, tu ne dois pas pleurer. » Avais-je dit, à m’en couper le souffle certes, mais je la regardais dans les yeux, le cœur battant, mon regard épuisé d’autant de souffrance en si peu de temps, et pourtant, je pourrais m’épuiser d’autant plus, à la regarder, la fixer tendrement, parce qu’elle me fait autant d’effet calmants, que ces merdes médicamenteuses.


Code by Joy
Revenir en haut Aller en bas
avatar
modératrice trop adorable
Messages : 685
Date d'inscription : 30/07/2017
Points : 1331
Mon sosie, c'est : Grace Neutral
Crédits : Himi
Emploi : Illustratrice jeunesse et mannequin
Age : 25
Je vis avec : Cole, mon grand frère
Multi comptes : Carron Sang, Chase Monaghan, Sophie Holderson
J'prends la pose :

MessageSujet: Re: Take me back to the night we met - Erihel & Madeline.   Mer 9 Aoû - 21:39


Be my friend. Hold me, wrap me up, unfold me. I am small and needy. Warm me up and breathe me.
•••D’une voix faible, elle refuse que je l’emmène à l’hôpital, et s’assoit avec une grimace qui lui déchire le visage. Je me sens comme une idiote d’avoir laissé Rick la frapper, je n’ose pas la regarder alors qu’elle ne fait que me regarder, les yeux remplis d’amour. Je lui sers un verre d’eau avec une aspirine et le lui tend, puis un second avec un anti-inflammatoire. Je fuis son regard en caressant sa main de mon pouce. Et si je n’avais pas couché avec lui la veille ? Est-ce qu’il aurait autant voulu me sauter ? J’ai du mal à retenir mes larmes, et je m’en veux d’avantage. C’est Eri qu’il a martelé de coups, c’est elle qui doit crouler sous la douleur, et c’est moi qui pleure. C’est toujours moi. Toujours moi qui pleure, moi qui me fais passer avant les autres, moi qui fais du mal. C’est pour moi qu’elle lui a assené ce premier coup. Je jure intérieurement. Quelle idiote je fais. Je me dégoute avec les souvenirs de la veille ; de Rick en moi, et de son souffle contre mon cou. J’ai envie de vomir. J’en veux à Eri d’être tombée amoureuse de moi, parce que je n’arriverai jamais à la rendre heureuse. Parce que je n’arrive pas à me sentir plus vivante que dans la haine et dans le conflit, parce qu’elle mérite mieux qu’une égoïste et qu’une idiote. Parce que j’ai fait fuir Austin de la même façon, en agissant comme la pire des garces, en ne pouvant pas m’empêcher d’aller voir ailleurs. Parce que je suis un monstre. Je me mords la lèvre et serre sa main plus fort. Et si c’est une femme que j’aime, j’arrive pas à me le dire, à dire les mots qu’il faut. Pourtant je ne pense qu’à elle, jour et nuit. Pourtant elle fait tout pour me mettre à l’aise, pour me faire sourire et je n’avais jamais si bien dormi que contre elle et je n’avais jamais eu autant de frissons qu’en l’embrassant. J’ai besoin d’elle parce qu’il n’y a que contre elle que le reste fait sens. Je lui adresse un regard finalement et lui souris timidement. Je ne sais pas trop comment y faire, ni ce qu’elle ressent, ni ce qui lui fait le plus mal, mais je tente malgré tout « Tu penses que t’arriverais à te déplacer jusqu’à ma chambre ? Elle est juste là » Je pointe la porte derrière elle « Tu seras mieux dans mon lit et puis… » J’hésite. « Contre moi ».
© 2981 12289 0





Be true to youI can go to bed at night thinking I truely am myself And its when you're being yourself that you're at your most beautiful.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://getreal.forumactif.com/t381-madeline-steel-grace-neutral http://getreal.forumactif.com/t382-madeline-steel-don-t-let-em-say-you-ain-t-beautiful
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Take me back to the night we met - Erihel & Madeline.   Jeu 10 Aoû - 0:06



Take me back to the night we met.

Avec Madeline Steel


Elle ne me  regarde pas, elle est ailleurs, loin de moi, je ne sais pas à quoi elle pense, elle semble triste, pleine de confusion. Alors que je ne voyais qu’elle, elle semblait ne pas me voir, éviter mon regard. Pourquoi ? Etais-je à ce point amochée et hideuse, qu’elle ne veuille plus me regarder ? Qu’avais-je dis, ou fait, pour qu’elle ne me regarde même pas ? Je l’aime évidemment que je l’aime, mais je ne me l’avoue pas, pas totalement, parce que je ne suis pas prête à entamer quelque chose de sérieux, ça me fait peur. J’ai peur qu’on m’abandonne, encore. Pourtant, je suis déjà tellement attachée à elle, je l’ai dans la peau et dans la tête, et quand bien même si pour elle, il n’y a as que moi, je peux pas la laisser passer, pas elle. Elle est ma comète. J’ai peur, si peur de la perdre, de la voir s’éteindre, et pourtant, je suis prête à courir le risque, parce que la vie vaut d’être vécue, et bien que l’amour fasse mal, l’amour c’est ce qui donne du mordant à nos vies. Et je l’aime, moi. Et quitte à me noyer encore, je dois sauter, descendre de cette falaise périlleuse, faire le grand plongeon. Parce que c’est ça être vivant. Je suis vivante, alors je dois vivre, vivre à en mourir, vivre qu’importe ce qui m’attends, je dois vivre, occulter la douleur et la peur, vivre, juste vivre.

Elle serre ma main dans la sienne, et sur mes lèvres gonflées, un minuscule sourire se forme, quand ses yeux se posent enfin sur moi. Je réfléchis un instant à sa question, en aurais-je la force, peut-être pas, mais je dois être forte, prendre le pas sur cette épreuve, c’est pas la première fois qu’on me passe à tabac de toute manière.. Je la regarde dans les yeux, et hoche la tête « Oui, ça devrait aller. Tu m’aides ? » Demandais-je, en posant doucement et difficilement un pied à terre. Evidemment que je serais bien dans ses bras, dans un endroit aussi appréciable que ses bras, la tête contre sa peau, juste pour me reposer.

Je me lève et grâce à elle, en mettant un peu de temps, j’arrive enfin, à sa chambre, je boitais un peu, le bas de mon dos était douloureux à cause de la chute au sol, mais je tenais bon. Je grimaçais un peu, Maddie avait fermer la porte derrière nous, et enfin, on se pose sur son lit, j’étais entourée de ses petits bras fins, et ma tête était posée sur le haut de sa poitrine. J’avais sa main dans la mienne, les médicaments faisant doucement effet sur moi. La douleur se dissipait doucement, mais j’étais bien là, dans ses bras. Je trouvais peut-être enfin un sens à tout ça… «  Merci Maddie. » avais-je souffler, avant de non sans-grimacer, venir déposer un tout rapide baiser sur le bout de ses lèvres, comme un autre merci… On passa ainsi la journée au lit, à papoter, difficilement pour moi, certes, mais, on avait fini une journée tout en douceur.


Code by Joy
Revenir en haut Aller en bas
avatar
modératrice trop adorable
Messages : 685
Date d'inscription : 30/07/2017
Points : 1331
Mon sosie, c'est : Grace Neutral
Crédits : Himi
Emploi : Illustratrice jeunesse et mannequin
Age : 25
Je vis avec : Cole, mon grand frère
Multi comptes : Carron Sang, Chase Monaghan, Sophie Holderson
J'prends la pose :

MessageSujet: Re: Take me back to the night we met - Erihel & Madeline.   Jeu 10 Aoû - 1:10


Be my friend. Hold me, wrap me up, unfold me. I am small and needy. Warm me up and breathe me.
•••Elle hoche doucement la tête, et je me lève la première pour l’aider à se lever. J’ai peur de la brusquer, de lui faire mal, mais on traverse sans plus de difficultés le salon jusqu’à ma chambre où je l’installe dans mon lit. Je me relève pour fermer ma porte et me glisse sous les draps et la prends contre moi. Tête sur ma poitrine, elle me remercie à mi-mots en m’embrassant. Je lui souris inconsciemment, et pose mes lèvres sur son front. Sa peau est chaude, je sens son cœur battre le chamade, mais elle me sourit, elle a l’air mieux. Je finis par lui enlever sa salopette avec plus de précaution qu’il n’en faudrait pour constater les dégâts. Son ventre est semé ecchymoses. J’y passe la main, doucement, guettant sa réaction. J’y dépose une myriade de baisers avant de revenir à sa hauteur, visage contre le sien. Je me surprends à lui parler de tout et de rien, de mes parents, de mes études en école d’arts et de mes débuts en tant qu’illustratrice. Je lui parle de Christchurch où je suis née avec Cole, du lac qu’il y a à côté, et des soirées camping qu’on y a faites avec mon frère. La journée passe plus vite que je ne l’aurais voulu. Je l’abandonne l’espace d’un instant pour nous chercher de quoi grignoter et prévenir Cole que tout va bien. Il hausse les épaules, probablement qu’il s’en veut de ce qu’il s’est passé.
Le soleil finit par se coucher à l’horizon, et mes paupières deviennent lourdes. Je lui propose d’aller se doucher avant de dormir et elle accepte, assommée par la fatigue. Je ris doucement et lui tire les bras en me moquant doucement d’elle « Lève toi poulette ». Je la prends contre moi, bras dessus dessous et la dirige vers la salle de bain. Elle n’a qu’un tshirt et un sorty et je sens sa cuisse frotter contre la mienne. J’essaie de ne pas y prêter attention mais tous mes sens sont aux aguets. Je la laisse dans notre salle de bain, un peu gênée, après lui avoir donné une serviette propre aux couleurs d’Iron Maiden. Je l’ai regardée, peut-être un peu trop, et en retournant dans la chambre, je ne peux m’empêcher de me mordre la lèvre en me touchant les seins. Je respire un peu vite et je fais tout pour me calmer. Quand elle revient, je me dépêche d’aller me doucher moi aussi, et avant de dormir je lui dis « Demain il faut que je me lève tôt ». Je cherche mes mots, j’ai peur de la vexer parce que je ne le lui ai pas dit plus tôt. « J’ai un shooting photo en Australie pour Kiwi Ink Tattoo. Je dois prendre l’avion, j’y reste 6 jours. Et si tu as besoin d’aide à cause de tes ecchymoses, je suis sûre que Cole voudra bien t’aider.» Je peux m’empêcher malgré moi de faire mon regard dur, pour la dissuader de me poser des questions. Je dépose mes lèvres sur son front, et ferme les yeux. « Bonne nuit ».
©️ 2981 12289 0


Hors RP:
 




Be true to youI can go to bed at night thinking I truely am myself And its when you're being yourself that you're at your most beautiful.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://getreal.forumactif.com/t381-madeline-steel-grace-neutral http://getreal.forumactif.com/t382-madeline-steel-don-t-let-em-say-you-ain-t-beautiful
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Take me back to the night we met - Erihel & Madeline.   Ven 11 Aoû - 11:14



Take me back to the night we met.

Avec Madeline Steel


L’annonce de son départ pour un shooting avait été comme une second coup de poing dans l’estomac, je ne m’y était pas du tout attendu, et je dois dire que ça me fais tout drôle de savoir que je ne la verrais pas pendant une bonne grosse semaine. J’allais devoir affronter la guérison toute seule, et faire en sorte de vivre en ayant aucunement de ses nouvelles, hormis par des applications à la noix, qui ne vont encore pas fonctionner. Mais soit. J’allais devoir faire avec. Je m’étais tournée autant que possible, sur mon flanc droit, et avait poser la tête sur elle, un bras autour de sa taille, et m’étais endormie de la sorte. J’étais si bien là, comment allais-je faire pour m’en passer toute une semaine ? Je ne sais pas…

Au matin, la sentir bouger contre moi, pour se lever, m’avait un tant soit peu réveillée, je m’étais encore une fois bourrée de médicaments, mais qui, en soit, m’aidaient beaucoup, parce qu’ils faisaient disparaître la douleur, et me permettaient de bouger un peu, plutôt que de ressembler à un orque échoué, avec toutes mes blessures. Je m’étais habillée avec des vêtements à Maddie, qui lui étaient un peu grand, mais qui à moi, me collait parfaitement, c’était parfait. Cole avait fait tourner ma salopette, et était venu embrasser mon front, et m’enlacer avant de partir, faire je ne sais quoi. J’avais accompagné Maddie à l’aéroport, dans ma voiture, et j’étais rentrée chez moi, pour me repose et faire mon petit bazar habituel. Je retrouvais mon petit Evil, Joyeux à souhait de me voir. Mais les médicaments me tombaient, j’avais besoin de dormir un peu. Je finissais par dormir toute la journée.

4 jours avaient passés depuis le départ de la belle Maddie en Australie, elle me manquait beaucoup. J’étais dans mon salon, je venais juste de terminer mon petit ménage à la maison, et je reçois un coup de fil, de mon investisseur. Oh mon dieu, non, pas lui, pas encore, il avait arrêté, pourquoi il me rappelle encore !? Je finis par décrocher. Soupirant, j’apprends qu’il me laisse tomber…  Je venait de tomber de haut encore une fois. «  Mais.. Pourquoi ?! » Ma voix était presque désespérée. Je ne pouvais pas le perdre, j’allais devoir fermer ma boîte, jusqu’as retrouver de nouveaux investisseurs. «  Demande à tes amis tatoués. » Avait-il lâché, avant de me raccrocher au nez. Tatoués, tatoués... Oh non…. Non non, c’est pas possibles, ils auraient pas fait ça ?! Punaise mais non ! Je prends mon portable entre mes mains, et vient envoyer et taper un message à Madeline. « Je ne veux plus te voir, on arrête là.. » et je balance mon portable dans la maison, pour éviter, toute réaction, je ne veux même pas voir une réponse de sa part. Pourquoi ? Pourquoi elle avait fait ça, et Cole, je l’avais pourris par sms, lui aussi. Je souffle, et prends une pilule pour calmer la douleur de mes muscles qui se réveillaient. Je m’étais installée en jouant avec Evil, faisant passer le temps.


Code by Joy
Revenir en haut Aller en bas
avatar
modératrice trop adorable
Messages : 685
Date d'inscription : 30/07/2017
Points : 1331
Mon sosie, c'est : Grace Neutral
Crédits : Himi
Emploi : Illustratrice jeunesse et mannequin
Age : 25
Je vis avec : Cole, mon grand frère
Multi comptes : Carron Sang, Chase Monaghan, Sophie Holderson
J'prends la pose :

MessageSujet: Re: Take me back to the night we met - Erihel & Madeline.   Ven 11 Aoû - 15:24


Be my friend. Hold me, wrap me up, unfold me. I am small and needy. Warm me up and breathe me.
•••Le désert australien est le plus beau qu’il m’ait été donner de voir, et la chaleur de plomb n’enlève rien à mon excitation. Tout est beau, que ce soient les paysages secs à perte de vue, la couleur de feu des reliefs et du sable, le ciel orangé au coucher du soleil ou encore les petits brins d’herbe au sol. Je tourne dans le plus bel endroit où j’ai eu l’occasion de shooter. L’équipe est à mes petits soins, les maquilleurs attentionnés et le photographe a un véritable don. Je n’ai pas l’impression de travailler, mais d’être en vacances. Et j’en ai tellement le souffle coupé que je prends des photos par dizaines pour les partager sur mes réseaux sociaux. Je pense à Eri de temps à autre, mais être loin de Wellington me fait plus de bien que je ne l’aurais imaginé. Je respire à nouveau et je me sens légère. Je partage mes soirées entre cocktails et piscine privée avec l’équipe du set. J’ai le sourire toute la journée et le soir je m’endors légère. Je lui envoie quelques SMS de temps à autre, sans vraiment en attendre de réponse.
Et puis un soir j’en reçois une. « Je ne veux plus te voir, on arrête là ». Mon cœur fait immédiatement un loupé, me coupe de mon monde. J’ai le souffle coupé d’une seconde à l’autre. Je regarde autour de moi dans l’espoir qu’elle soit là, mais je suis seule, terriblement seule. Les autres rient, se prennent dans les bras, je suis abattue en une seconde, en 9 mots. Je relis plusieurs fois le message. Un blond me demande si quelque chose ne va pas, mais je ne lui prête pas attention, je le pousse d’un coup de bras et je m’en vais dans la chambre d’hôtel en laissant tout le monde en plan. Mais je me fiche d’eux. C’est pas possible. J’ai du mal à grimper les escaliers, je me tiens péniblement à la rampe alors que mes jambes tremblent. Pourquoi est-ce qu’elle m’envoie ça ? A cause de Rick ? A cause de l’investisseur ? Est-ce parce que je n’ai pas voulu d’elle physiquement, sexuellement ? Mes mains se mettent à vibrer à leur tour, j’ai des sueurs froides du haut au bas du dos. Parce que si elle a envie de moi, je me forcerai. Je veux lui répondre mais je n’y arrive pas, je ne trouve pas les mots. J’arrive à la porte où je force la poignée, et me laisse tomber dans le lit. Je replie les jambes contre mon ventre allongée dans le lit, et les redéplie, roule sur le ventre, la tête sur le coussin et je pleure. Je pense à Rick, à l’investisseur, au commentaire qu’elle avait laissé sur mon feed instagram, à la fois où elle m’a chauffée et laissée en plan et la douleur se transforme en frustration. Je respire plus vite, je me mords la lèvre au point de me faire saigner, je me lève, je fais les mille pas. Je me rassois dans le lit et prends mes genoux contre ma poitrine, m’empêchant si fort de pleurer que mes joues me font un mal de chien. Je jure intérieurement. Elle a pas le droit de me laisser parce que si elle me laisse, je m’éteins. Il me reste deux jours avant de pouvoir rentrer. Je ne dors pas de la nuit refaisant dans ma tête toute notre histoire, tout ce que j’aurai pu changer, tout ce qu’elle a fait. Mais je ne peux pas en rester là. J’ai besoin de la voir. Je vérifie les horaires des avions et réveille une maquilleuse. Je ne lui laisse aucun autre choix que de m’emmener à l’aéroport où je prends le premier avion pour Wellington. Je me contrefiche de les laisser en plan. De retour en Nouvelle Zélande, je somme Cole de venir me chercher, et grimpe les escaliers 3 par 3 dans son immeuble. Il est 8h du matin. Je toque à sa porte. « Eri ouvre moi. ». Je continue à frapper à la porte. Je frapperai jusqu’à ce qu’elle m’ouvre. « Tu peux pas me laisser comme ça Eri ». Je perds patience et me met à crier « ERI OUVRE MOI PUTAIN ».
© 2981 12289 0




Be true to youI can go to bed at night thinking I truely am myself And its when you're being yourself that you're at your most beautiful.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://getreal.forumactif.com/t381-madeline-steel-grace-neutral http://getreal.forumactif.com/t382-madeline-steel-don-t-let-em-say-you-ain-t-beautiful
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Take me back to the night we met - Erihel & Madeline.   Ven 11 Aoû - 21:54



Take me back to the night we met.

Avec Madeline Steel


Je pouvais pas continuer, je veux pas me lancer, je veux pas m’embarquer là-dedans, j’ai peur, je veux pas avoir mal encore, je ne veux pas laisser ça entre ses mains. Elle fait déjà tellement, j’ai peur. Je veux pas, je peux pas. Elle lui as cassé la figure, je.. Non c’est beaucoup trop. Je regarde le vide, je dans mon salon, je me sentais pas bien, je réfléchissais à ce message que je venais de lui envoyer Je ne pouvais pas rester avec elle, je m’exposais à tellement de risques. Ce n’était pas parce que je n’avais pas son corps, ou autres raisons, je ne voulais juste plus m’exposer à tant de risques. JE suis amoureuse, certes, mais je ne peux pas faire ça, quitte à me faire du mal à moi-même, pas encore, pas une nouvelle fois. Je ne peux pas me permettre de tomber une nouvelle fois, je ne me relèverais pas. Pas cette fois. Ce serais le coup de grâce… Je ne peux pas me le permettre. JE préfère souffrir loin d’elle, plutôt que de souffrir à cause d’elle.

Et pourtant cette nuit, je rêve, d’elle, de ses bras, de son sourire, de ses jolis yeux tatoués, de ses courbes amoureusement sensuelles. Je l’aime, je l’aime tellement, mais je ne peux pas, je ne veux pas. Pourquoi vivre est-il aussi difficile, quand on est aussi brisé que moi ? Comment vivre, alors qu’on risque de mourir à petit feu ? Mon corps entier l’appelle, mon âme à besoin d’elle, mon souffle n’est plus régulier, les battements de mon cœur s’essoufflent, mes muscles me font mal. Je ne me sens pas bien, vraiment pas, et je me réveille, le corps en sueur, la tête embuée, mes yeux sont baignés de larmes. Je suis faible. Je suis faible. Je suis faible. Je m’étais promis de ne jamais retomber amoureuse, jamais. Je devais l’éloignée, je n’avais pas le choix. J’avais été me glissée dans un bain, histoire de mêler mes larmes salées, à l’eau bouillante, qui faisait rougir ma peau endolorie. Il est encore tôt, de ma fenêtre je regarde le soleil se lever. Mes larmes cessent de couler, quand l’eau devient trop froide pour y rester. Je souffle, et sort, pour enfiler un pauvre leggin noir, et un top très ouvert, et échancré dans le dos, de la même couleur, une casquette noire, à l’envers dans mes cheveux désordonnés.

Parfait. J’allais aller donner les croquettes du matin à Evil, et en versant sa dose, un petit post it tombe dans la gamelle de mon carlin. Je me penche pour le prendre, c’est son écriture. « Do you like me ? Yes No », je me mords la joue, pour éviter de me remettre à pleurer, comme une enfant, mais un bruit sourd, me fait sursauter, derrière la porte, il y a Maddie, j’entends sa voix, alors que je reviens dans le salon. Elle tambourine à ma porte. Je m’assieds contre la porte et souffle. Je n’avais aucune idée de quoi faire. Ouvrir, et la laisser s’exprimer, ou lui fermer la porte à tout jamais. Je mets du temps à prendre ma décision alors qu’elle hurle derrière la porte. Je me relève sur mes deux jambes, tremblantes. Je n’ai jamais été aussi faible, qu’en amour, c’est ma faiblesse, et ça le sera toujours, pourtant, j’ai un fort caractère, mais l’amour fait toujours tout voler en éclat. Je viens déverrouiller la porte, et actionne a poignée, avant de tourner le dos, regardant par les fenêtres. Je n’osais même pas la regarder, je ne pouvais pas poser les yeux sur elle, et pourtant j’avais ce post-it dans les mains, stipulant noir sur blanc, mon amour pour elle.. Cet amour brûlant, qui me fait autant de bien qu’il me tue.. « Qu’est-ce-que tu fais là ? Tu devrais être en Australie.. » Osais-je à peine prononcer..


Code by Joy
Revenir en haut Aller en bas
avatar
modératrice trop adorable
Messages : 685
Date d'inscription : 30/07/2017
Points : 1331
Mon sosie, c'est : Grace Neutral
Crédits : Himi
Emploi : Illustratrice jeunesse et mannequin
Age : 25
Je vis avec : Cole, mon grand frère
Multi comptes : Carron Sang, Chase Monaghan, Sophie Holderson
J'prends la pose :

MessageSujet: Re: Take me back to the night we met - Erihel & Madeline.   Sam 12 Aoû - 9:53


Be my friend. Hold me, wrap me up, unfold me. I am small and needy. Warm me up and breathe me.
•••Elle ouvre finalement la porte et alors que j’avais envie de lui sauter dessus, j’ai la gorge serrée. Elle ne me regarde pas, elle est dos à moi et sa petite voix me demande ce que je fais là. Je n’arrive plus à parler. Je baisse les yeux, interdite, et finis par fermer la porte en la guettant du coin de l’œil. J’ai envie de m’excuser, plus de l’agresser, pour Rick, pour l’investisseur, pour mon ingratitude. Cole m’a dit dans la voiture qu’elle avait finit par apprendre ce qui c’était passé pour cet investisseur. Même de dos, je n’ai pas le courage de la regarder. Je tiens mes mains péniblement et peut-être après deux, trois minutes de silence, j’inspire profondément. J’ai les yeux embués de larmes, encore, mais je fais mon possible pour les retenir. « Quand il m’a montré tes messages… » Ma voix tremble. « J’te jure, j’ai perdu la tête, je… Je perds la tête depuis que tu m’as embrassée, j’pense tout le temps à toi et… » J’ai envie d’avancer, de la prendre dans mes bras, mais c’est trop dur. J’ai la tête dans ma main, me caressant le front du bout des doigts pour essayer d’apaiser la douleur. J’ai envie de lui dire je t’aime, mais j’y arrive pas, les mots sont coincés dans la gorge alors je répétè bêtement ce que je viens de dire « J’pense tout le temps à toi ». C’est dur de lui ouvrir mon cœur, de dire ce que je ressens, mais j’ai besoin de le lui dire.
Je tremble, j’ai peur qu’elle me rejette, mais je fais, un, deux, trois pas pour finalement parvenir à sa hauteur. Je prie les Dieux pour ne pas qu’elle m’esquive ou qu’elle me dise de m’en aller et je la retourne timidement pour qu’elle me fasse face. Je la regarde dans les yeux, pas fière. Son visage est parsemé d’ecchymoses devenues brunes, souvenir de Rick, et son regard est rouge. Est-ce qu’elle a pleuré ? Je baisse timidement les yeux et l’enlace, fort. Cette fois je n’arrive plus à les retenir, mes larmes coulent le long de mes joues. C’est trop bon de la sentir, de l’avoir contre moi, de savoir que ce n’est pas finit, et c’est finalement plus facile que je ne l’aurais pensé, les mots sortent tout seul. « Je t’aime ». Le visage lové contre son cou, je sens sa peau sous son tshirt échancré, et je remonte pour caresser ses cheveux. Je t’aime.
© 2981 12289 0




Be true to youI can go to bed at night thinking I truely am myself And its when you're being yourself that you're at your most beautiful.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://getreal.forumactif.com/t381-madeline-steel-grace-neutral http://getreal.forumactif.com/t382-madeline-steel-don-t-let-em-say-you-ain-t-beautiful
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Take me back to the night we met - Erihel & Madeline.   Dim 13 Aoû - 11:56

Take me back to the night we met.
Elle était là, derrière moi, elle était folle d’être là, je sais qu’elle me poussera dans ses bras, qu’elle va trouver les mots pour que je me convainque moi-même que je peux, que j’ai le droit de me laisser tomber dans ses bras, que c’est trop pour être évité, je le sais, je le sens. Pourtant je lutte intérieurement, les yeux fixés dans le vide, alors que le silence règne en maître. Ses mots me font littéralement l’effet d’une bombe, tombant sur ma vie, comme un doux cadeau du ciel, mais je ne veux pas qu’elle ne les dise, je ne veux pas les entendre aussi fort qu’ils sont parce que c’est dur d’entendre que quelqu’un m’aime, quand bien même, moi je n’y crois pas. Mon cœur se laisse attendrir… non…. Non… pas encore…

Elle s’avance, je la sens se rapprocher, puis ses mains qui se pose sur moi, et qui m’électrise de la tête aux pieds. Je suis amoureuse. Amoureuse d’elle plus que je ne l’ai jamais été, et quand elle me fait pivoter, et que mon regard se plonge dans le siens, je perds toute mes forces, toute cette barrière s’effondre. Je ne peux pas lutter, pas plus longtemps. Elle m’enlace, et quelques secondes après, je referme mes bras sur elle, je n’avais pas réussi à faire autrement. Elle me lance ces mots, lovée contre mon cou. Les trois petits mots qui font que mon cœur s’emballe… Etait-ce la vérité, m’aime-t-elle comme elle le dit ? Je me laisse à croire que oui, et c’est dans ses bras que je m’ouvre à mon tour. «  J’..J’ai peur Maddie.... J’ai peur que tu me laisses… que tu partes toi aussi un jour… Que tu t’ennuies… J’ai peur de te perdre… Parce que j…je t’aime, et que l’amour que j’ai pour toi… Me fait craindre ta perte.. » Avouais-je à demie-voix, avant de loger ma tête au creux de son cou, et de caresser le bas de son dos.

J’avais l’impression d’être une enfant en manque d’amour, d’être confrontée à un abandon, qui aurait impacté toute ma vie. Je suis là, à la serrer contre moi de peur qu’elle s’envole. Parce que j’ai besoin d’elle, et que je ne suis pas assez forte pour lutter contre ça. « J’ai besoin de toi.. Ne m’abandonne pas » Soufflais-je avec désespoir, quand je relève la tête, pour poser mon front contre le sien, collé mon regard dans ses yeux. Je suis totalement perdue, mon regard rouge d’avoir trop pleuré, cherche l’attention et l’amour dans le sien…

Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Take me back to the night we met - Erihel & Madeline.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Take me back to the night we met - Erihel & Madeline.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
GET REAL-
Sauter vers: