Retour aux sources - Drayline

le Ven 29 Sep - 12:53

The way people treat you is a statement about whi they are as human being. It's not statement about you.

Mad et Dray

Mad serra la main de Drake en regardant le tableau des départs. « T’es sur de toi ? »C’est elle qui lui avait proposé ce voyage. Quand elle avait appris qu’il avait fait une overdose, c’était une évidence pour elle, il avait besoin de confronter sa famille. Elle qui l’avait connu bien avant qu’il débarque en Nouvelle-Zélande, elle en était persuadée. Même avec les kilomètres, sa famille était toujours là, son père était toujours là et lui soufflait sans cesse à l’oreille de rentrer dans le moule. Mais c’était pas lui, Drake c’était pas quelqu’un qui rentrait dans le moule, et au fond c’était pour ça qu’elle l’adorait. Son doudou, son meilleur ami. Ça faisait mal de savoir qu’il avait faillit disparaître. Qu’elle n’avait pas été là à l’hopital pour lui dire que tout allait bien. Qu’elle n’avait pas été là avant pour lui dire d’arrêter avec la poudre. Elle le serra dans ses bras et lui souffla « Ca ira, je suis là. ». Elle souffla et l’incita à se diriger vers le quai d’embarcation avec elle. Elle avait l’habitude de prendre l’avion elle, avec ses shootings photos et parfois pour son blog. Drake lui avait moins l’habitude. Elle retira ses lunettes de soleil et sortit l’artillerie de guerre, gâteau, bonbons, biscuits, et bouteille d’eau. « Bah quoi ? » lui demanda-t-elle. Elle grignotait beaucoup depuis sa séparation avec Erihel. Elle avait prit un peu de poids d’ailleurs. Elle lui en voulait autant qu’elle s’en voulait à elle-même et ça lui faisait un mal de chien. Elle caressa son poignet sur lequel Cole avait tatoué le prénom de son ex. Elle l’avait depuis fait recouvrir le dessin d’une arme à feu. Elle soupira. Elle n’en avait pas touché un mot à Drake. Ca faisait encore trop mal, et il avait de toute façon assez de pain sur sa planche. Elle ne voulait pas l’inquiéter d’avantage. Se dire qu’Eri avait été dans un avion similaire il y a quelques semaines pour quitter la Nouvelle Zélande et tirer un trait définitif sur elle était insoutenable. Elle prit une bonne gorgée d’eau et entama un paquet de biscuits.
Le voyage fut long. Drake avait bien choisit son coup en venant en Nouvelle Zélande, c’était à l’autre bout du mode quand on considère l’Angleterre. Mad se montra particulièrement affectueuse pendant le voyage. Elle voulait rassurer Drake. Il devait être mort d’inquiétude. Elle avait la chance elle d’avoir une famille qui la soutenait, ce n’était pas son cas à lui. Il fallait qu’il reste calme. C’était risqué de revenir comme ça évidemment, mais il avait besoin de se libérer de ce poids. Et si ça ne se passait pas bien, il saurait à quoi s’en tenir. Elle était là pour lui de toute façon. Quoi qu’il advienne, elle le soutiendrait. C’était son doudou.
Elle finit par s’écrouler de fatigue dans l’avion. Entre ses nuits à fumer plus qu’elle ne devrait, et le décalage horaire, 12 heures entre la Nouvelle Zélande et Londres, c’était difficile de tenir bon. Il y a des passagers qui en profitèrent pour les détailler d’avantage du regard. Mad et Drake se ressemblaient beaucoup physiquement. Ils étient bariolés de tatouages, de piercing et de bodmod tous les deux. C’était leur moyen de s’exprimer et ils assumaient. Ils étaient habitués qu’on les regarde de travers.
Mad se réveilla peu de temps avant d’arriver à Londres. Elle s’étira et sourit à Drake. Elle avait des cernes sous les yeux malgré le maquillage. Ils sortirent de l’engin volant, et se dirigèrent vers leurs valises. Drake récupéra la sienne, mais celle de Mad n’était pas apparue. Ils avaient attendu un long moment avant de se diriger vers l’acceuil de l’aéroport. Ils avaient perdu sa valise. Elle jura intérieurement, elle avait toute sa ganja à l’intérieur. Elle donna son numéro à l’hotesse dans l’espoir qu’on retrouve sa valise et qu’on la rappelle. Elle essaya de ne pas trop râler sur le chemin vers l’hotel avec Drake pour ne pas le démoraliser d’avantage. Ils avaient réservés une chambre pour deux, c’était moins cher et plus pratique. La chambre était à couper de souffle. Mad n’avait pas lésiné sur ses moyens. Elle avait de l’argent, et si elle pouvait s’en servir pour apaiser son meilleur ami, elle en faisait usage. Ils avaient vu sur tout le centre ville, le cornichon et BigBen. Elle n’avait jamais mis les pieds en Angleterre auparavant, mais avec ce qu’elle en avait vu via Internet, elle mourrait d’envie de visiter. Mais elle n’en laissa rien paraître. Elle n’était pas là pour faire du lèche vitrine, elle était là pour lui. Elle se laissa tomber sur le lit et lui demanda « Ca va aller doudou ? ».

DEV NERD GIRL


______________________________



La réponse à toutes mes questions s'endort à côté de moi.On dit qu'le temps détruit mais l'temps n'est pas notre ennemi parce que plus j'te connais et plus j'me sens béni, assez béni pour t'emmener à l'église, dire au prêtre : "Oublie l'truc où la mort nous sépare, on va rester dans cette vie".
avatar
Messages : 894
Date d'inscription : 30/07/2017
Points : 1943
Mon sosie, c'est : Grace Neutral
Crédits : himitsu
Emploi : Illustratrice jeunesse et mannequin
Age : 26
Je vis avec : Cole, mon grand frère
Multi comptes : Carron Sang, Chase Monaghan, Sophie Holderson
J'prends la pose :

Madeline Steel
1/2 du duo du mois


Voir le profil de l'utilisateur http://getreal.forumactif.com/t381-madeline-steel-grace-neutral http://getreal.forumactif.com/t382-madeline-steel-don-t-let-em-say-you-ain-t-beautiful

le Sam 30 Sep - 7:27

Dray & Maddie

Et c'est dans ces moments-là que tu te rends compte combien la vie est précieuse. Et combien tu as de la chance de l'avoir, elle.


Non. Depuis un moment, il n’était plus sur de rien concernant ces choix de vie, plus certain de rien sur ce qu’il faisait, sur ce qui l’avait mené à être devant un tableau de départ, à un aéroport, en compagnie de sa petite sœur de cœur. Non, il n’était pas certain, non, une partie de lui ne désirait aucunement partir, mais une partie de lui, la petite voix sensé qu’il avait longtemps repoussé lui murmuré que c’était le bon choix à prendre, celui qui allait lui libérer le cœur. Il devait faire face à ces problèmes : Il devait confronter son père. Et son père ce trouvait en Angleterre, dans ce pays qu’il avait aimé comme détesté, dans ce monde qu’il avait apprit à aimé et à détester, avec ces souvenirs qu’il avait tant essayé d’oublier. Mais il n’y retournait pas seul, affronter cette vérité qui l’effrayait : Sa Maddie était là, juste à ses côtés, lui tenant avec douceur la main, leurs doigts s’entrelaçant naturellement. Sa petite sœur de cœur participait au voyage et rien ne pouvait le rendre plus heureux que ça. Si il y avait Maddie à ces côtés, Drake sentait qu’il était capable de tout. Voir son père, voir son frère, aller voir la tombe de sa mère, et qui sait… enfin se pardonner. Faire un trait sur ces erreurs commises, sur ce qu’il avait été et ce qu’il avait fait, et pouvoir à nouveau être ce qu’il désirait être. Mais il ne voyait pas faire ça sans celle qui avait toujours été à ses côtés : Maddie était sa sœur de cœur, sa meilleure amie, celle qu’il connaissait depuis tant d’années. C’était son « bon passé », ce côté qu’il ne voulait jamais oublié. Maddie était sa première amie et celle qui le connaissait le mieux. Il ne ce voyait pas y aller sans elle. « Je suis certain… Tu es avec moi, ça n’peux qu’bien aller… », dit doucement Dray en tournant la tête vers la jeune femme, un sourire venant ce glisser sur ces lèvres alors qu’il glissait ces lèvres contre le front de la jeune femme. Ils s’avancèrent vers le quai d’embarcation et Drake ne put s’empêcher de sourire en voyant la jeune femme sortir son gros sac de gâteau et de biscuit. Son sourire devant en dire gros vu que Maddie ce tourna vers lui, en lâchant un trop beau ‘bah quoi’. Classique cette Maddie! « Rien, j’me dis seulement que d’coup on devra aller s’entrainer ensemble! », dit-il sur un ton bien-sûr complètement amusé. Il vient pincer une des côtes à Madeline en riant, avant de rentrer dans l’avion avec celle-ci, soupirant lentement. L’Angleterre…

Dans l’avion, Drake vient rapidement glisser sa main dans celle de Maddie, posant sa tête contre l’épaule de la jeune femme en essayant de resté calme, malgré la panique intérieur qui ce jouait en lui. Devoir affronter son père l’effrayait plus qu’il ne l’aurait cru. Et encore plus : Devoir se pardonner, devoir aller sur la tombe de sa mère, devoir… Pardonner son passé lui était tellement difficile à imaginer. Le simple fait de retourner en Angleterre, dans ce pays aux mille souvenirs lui était difficile. Il serra souvent Maddie dans ces bras durant le voyage, et la remercia encore plus de fois d’être là, avec lui. Lui qui se montrait d’habitude peu affectif, et même peu sur le « merci », il ne faisait que lui montrer toute son amour pour elle pendant toute le voyage. Il finit par s’endormir à son tour, après avoir bien couvert Maddie d’une couverture pour s’assurer qu’elle ne tombe pas malade. La gardant contre lui, serrant fortement Maddie contre son torse, il s’endormit. Et peu lui importait les regards sur eux, sur leurs différences : Plus rien ne l’importait. Sa différence, il l’assumait. Il était différent, elle était différente, et ils aimaient ça. Ils aimaient être… Eux.

Ils finirent par atterrir à Londres et Drake suivit rapidement Maddie. Ils récupèrent sa valise, mais bizarrement, celle de Maddie n’arriva pas. Et Dray eu presque envie de crier aux gens qui venait de perdre la valise de sa sœur d’aller bien ce ‘faire foutre’, mais il se retient, grognant simplement. Il suivit rapidement la jeune femme jusqu’à l’hôtel, fixant la chambre que celle-ci avait choisit avec surprise. Pour être une chambre, s’en était une! Il n’aurait jamais pu se payer ça! Il fixa Maddie avec surprise. « Merde, t’étais pas obligé de faire autant! Bordel que j’taime Maddie! ». Il vient rapidement la rejoindre sur le lit, venant rapidement serré la jeune femme contre lui en enfouissant sa tête contre la nuque de celle-ci. « Ça va… » murmura-t-il lentement. « Je suis désolé pour ta valise. On ira faire les magasins ensemble… », dit-il en souriant. « Et on ira visiter, hein! Je veux dire, tant qu’à voyager, on peut quand même mêler un peu le plaisir avec l’obligation! », dit Dray en riant légèrement, avant de soupirer un peu, venant simplement resserrer son emprise autour de Maddie.  Ils restèrent un moment ainsi, blottit l’un contre l’autre, avant que Drake ne murmure. « Tes super Maddie. J’ai tellement d’la chance de t’avoir… », il ferma les yeux légèrement. « Je veux voir la tombe d’ma mère en premier… Tu veux bien venir avec moi? » dit-il la voix tremblante, essayant de maitriser le trop plein d’émotions.


luckyred.

______________________________

avatar
Messages : 1784
Date d'inscription : 11/06/2017
Points : 1946
Mon sosie, c'est : Andy Biersack
Crédits : Lux Aeterna
Emploi : Barman
Age : 24
Je vis avec : Avec Keziah et Papy
Multi comptes : Hippolyte Amory
J'prends la pose :

Drake T. Macnair
membre tout choupinoupinet


Voir le profil de l'utilisateur http://getreal.forumactif.com/t181-drake-tobias-macnair-andy-biersack http://getreal.forumactif.com/t183-drake-tobias-macnair-h-o-p-e-hold-on-pain-ends

le Sam 30 Sep - 19:24

The way people treat you is a statement about whi they are as human being. It's not statement about you.

Mad et Dray

Mad voyait bien que Drake était nerveux. Il l’avait été dès l’instant où elle avait évoqué ce voyage. Elle n’avait pas voulu lui forcer la main, et ne l’avait sûrement pas fait, mais elle pensait que, aussi difficile que ça povait être lui, il en avait besoin pour se reconstruire. Au fond elle s’en voulait terriblement pour son overdose. Elle se tenait responsable de son séjour à l’hopital. Evidemment, en lui fournissant la cocaïne, elle avait envisagé qu’il puisse faire une bétise, mais elle avait pris le risque. Elle s’était dit qu’il n’irait jamais jusque là, pas sans lui parler. Et quand il le lui avait dit, son monde s’était écroulé. Elle s’était fait la promesse intérieure de tout faire pour qu’il puisse lui pardonner.
Lui aussi se montra câlin lors du voyage et l’avait prise contre lui, avait posé un plaid sur elle pour ne pas qu’elle ait froid et l’avait taquinée de temps à autre. Elle considérait Drake comme son petit frère. Il lui faisait penser à elle, en un peu plus perdu et un peu plus jeune. Elle l’aimait tendrement et ça faisait déjà un bout de temps qu’ils se connaissaient. Au départ, quand il était venu à Wellington, c’était bizarre. Il n’était pas tout à fait l’homme qu’elle avait cru connaître sur internet, mais au fil du temps, elle avait bien compris que c’était lui. Qu’il était un peu plus timide qu’elle ne l’avait imaginé. Elle l’avait intégré un peu à Wellington, l’avait aidé à trouver du travail, l’avait présenté à tous ses amis et invité à toutes ses fêtes. C’était son petit frère, qu’elle aimait et qu’elle voulait protéger.
Elle avait bien vu son regard quand on leur avait annoncé que sa valise était perdue, et elle trouva adorable son grognement. En d’autres circonstances, il aurait probablement été un poil plus expressif. Expressif, en tout cas, il l’avait été en entrant dans la chambre d’hotel. Mad ne put s’empecher de soupirer de satisfaction en voyant ses yeux s’écarquiller. Elle avait mit le prix, mais un ami, ça ça n’a pas de prix. Il la rejoignit dans le lit et se lova contre elle. Il lui proposa de faire un peu de shopping plus tard pour qu’elle puisse s’habiller et elle se contenta de hocher la tête. Elle avait terriblement hâte de faire les magasins dans la ville la plus tendance du monde.
Ils restèrent un temps l’un contre l’autre, sans que le silence ne leur paraisse lourd. Maddie pensa au Drake qu’elle avait connu, quand il habitait encore ici. Elle appréhendait la rencontre avec sa famille et la réaction de son père. Elle le serra d’avantage contre lui. Elle espérait de tout cœur que tout s’arrange et que Drake puisse prendre un nouveau départ. Après tout ce qu’il avait vécu, il ne méritait rien de moins.
Drake fut le premier à briser le silence. Il avait la voix qui tremblait « Je veux voir la tombe d’ma mère en premier… Tu veux bien venir avec moi? » La jeune femme l’éloigna doucement d’elle et prit son menton. « Evidemment, c’est pour ça qu’on est venus Dray. » Elle embrassa son front et se releva. Heureusement, elle avait gardé son sac à main dans l’avion et avait encore ses cigarettes avec elle. Ils quittèrent la chambre d’hotel en prenant soin de bien la fermer, et dès qu’ils furent dehors, Mad en proposa une au tatoué et en prit une pour elle-même. Elle n’avait aucune idée de la direction qu’ils devaient prendre et s’en remit à Drake. Elle tomba immédiatement sous le charme de la ville. Il y avait des couleurs à perte de vue, des gens de tous les horizons, toutes les origines, des plus originaux, comme elle et Drake, qui pourtant ne se faisaient pas regarder de travers, et il y avait un mélange d’odeurs envoutantes qui lui creusa l’appétit. Elle était comme une petite enfant, qui découvrait le monde pour la première fois, et se retint plusieurs fois de prendre une rue différente, juste pour le plaisir de s’y perdre. Elle croisa au détour d’une avenue une femme qui ressemblait comme deux gouttes d’eau à Eri et eut un pincement au cœur. Elle eut envie de l’interpeller, mais à quoi bon ? Ce n’était sûrement pas elle. Elle n’avait aucune idée d’où elle était. Elle ne savait pas sur quel continent elle était et imaginer qu’elle puisse être elle aussi à Londres la remplit d’un terrible sentiment de solitude. Elle prit alors la main de Drake dans la sienne, comme pour se rassurer elle, mais aussi pour lui donner courage à lui. C’était pour lui qu’ils étaient venus après tout.
Lorsqu’ils arrivèrent au cimetière, elle serra d’avantage sa main. Elle avait la chance de ne connaître personne qui lui était proche et décédé et remercia le ciel pour ça. Elle savait que ce n’était pas le cas pour Drake, que revenir ici devait sûrement réveiller tout un tas de sentiment horribles en lui, et avant d’avancer d’avantage elle se retourna sur lui et prit sa deuxième main dans la sienne. « T’es fort d’accord ? Je suis sûre qu’elle serait tellement heureuse que tu viennes la voir. Elle doit tellement t’aimer mon doudou. Elle doit être tellement fière. » Elle le regardait avec tout l’amour du monde. Elle voulait qu’il soit à l’aise, qu’il n’ait pas peur, qu’il prenne le temps qu’il lui faille pour faire son deuil. En regardant le haut du cimetière, elle lui demanda « Tu veux que je vienne avec toi, ou tu préfères que je reste ici ? ».

DEV NERD GIRL


______________________________



La réponse à toutes mes questions s'endort à côté de moi.On dit qu'le temps détruit mais l'temps n'est pas notre ennemi parce que plus j'te connais et plus j'me sens béni, assez béni pour t'emmener à l'église, dire au prêtre : "Oublie l'truc où la mort nous sépare, on va rester dans cette vie".
avatar
Messages : 894
Date d'inscription : 30/07/2017
Points : 1943
Mon sosie, c'est : Grace Neutral
Crédits : himitsu
Emploi : Illustratrice jeunesse et mannequin
Age : 26
Je vis avec : Cole, mon grand frère
Multi comptes : Carron Sang, Chase Monaghan, Sophie Holderson
J'prends la pose :

Madeline Steel
1/2 du duo du mois


Voir le profil de l'utilisateur http://getreal.forumactif.com/t381-madeline-steel-grace-neutral http://getreal.forumactif.com/t382-madeline-steel-don-t-let-em-say-you-ain-t-beautiful

le Ven 13 Oct - 6:44

Dray & Maddie

Et c'est dans ces moments-là que tu te rends compte combien la vie est précieuse. Et combien tu as de la chance de l'avoir, elle.


Par dessus tout, Drake était reconnaissant envers son passé pour une chose : D’avoir mit sa douce petite sœur, sa Maddie, sur son chemin. Son passé, maintes fois il avait voulu l’oublier et, pour certaines parties de sa vie, cela avait fonctionné : Avec beaucoup de temps et de drogues, il avait finit par alterner ces souvenirs pour essayer de survivre à tout ce qui lui était arrivé, pour passé au travers, sans jamais faire ses deuils comme les autres enfants. Mais s’il y avait bien une chose que Dray ne voulait jamais oublié de son passé, c’était bel et bien Madeline. Non seulement ses encouragements, mais toutes ses soirées où, ensembles, ils avaient parler de leurs diverses problèmes. Maddie était la seule à le connaitre de A à Z, la seule à l’avoir connu avant Nouvelle-Zélande. La seule à savoir pour son frère, pour sa sœur, pour son père, pour sa mère et tout le contexte entourant son enfance. La seule à connaitre tout ces démons en Angleterre, à savoir combien il avait eu mal pendant des années de sa différence. Il se rappel ces soirées où, chacun de leur côté du monde, ils avaient discutés à propos de leurs problèmes et avaient passé la nuit à s’aider, à se consoler, et à s’aimer comme un frère et une sœur. Maddie était presque… Enfin comme sa jumelle. Il ressentait quand elle avait mal : comme en ce moment précis, il savait que Madeline allait mal, mais il ne savait pas pourquoi. Et il ne voulait pas la pousser à lui parler, car il savait très bien que Madeline allait lui en parler quand elle aurait la force de la faire. Mais il avait bien sentit que depuis quelques temps Madeline allait mal et cela était sans doute lié aux chicanes qu’elle avait eues avec Erihel, sa petite-amie. Alors oui, Drake arrivait à ressentir quand Maddie allait bien, il désirait toujours la protéger et il se sentait totalement complet et compris avec elle. C’était sa moitié, sa jumelle. Il avait pendant un moment, léger, cru a de l’amour, mais Madeline avait toujours été beaucoup plus sa jumelle qu’une amoureuse. Surtout qu’en ce moment, il découvrait enfin réellement ce qu’était l’amour avec Keziah. Là, il voyait bien la différence entre Maddie et Keziah. Madeline, c’était sa jumelle, sa moitié, sa petite sœur… Keziah, de plus en plus, il y ressentait pour lui un amour puissant, un besoin de le protéger, mais aussi un besoin de tout lui confier, de tout lui dire, un besoin d’être aimé par Keziah et de l’aimer en retour.

En ce moment, blottit l’un contre l’autre, Dray pouvait sentir sa tension baissée un peu, ses muscles se détendant, comme si Madeline avait un pouvoir sur lui. Il se sentait plus détendu alors qu’il murmurait son désir de voir sa mère. Son odeur, la douceur que Maddie dégageait, son sourire… tout la rassurait chez elle. Il ne pouvait empêcher ces bras de venir la serrée un peu plus contre son torse, soupirant doucement en levant les yeux vers elle, souriant un peu. « Tu as raison… », souffla-t-il avec douceur, avant de se lever à son tour, prenant la main de Maddie dans la sienne pour sortir avec elle de la chambre. Il fixa la cigarette que lui tendait Maddie, puis après un léger moment, secoua la tête lentement. « J’essaie d’arrêter. C’est difficile, mais… j’essaie au moins de diminuer. » Ensemble ils marchèrent vers le cimetière, et plus ils s’en approchaient, plus le cœur de Dray se serré de douleur. Des souvenirs de ces ruelles lui revenaient en mémoire, des rires avec ces anciens amis… Et sa mère. Le visage de sa mère, sa douceur, sa gentillesse…

Arrivé devant le cimetière, il s’arrêta brusquement, serrant fortement la main de Maddie en sentant les larmes lui picoté les yeux, les chassant rapidement en secouant la tête. « Elle serait fière de toi aussi. », dit-il d’une voix brisée. « Elle serait… tellement fière que tu sois mon amie… ma sœur… et que tu sois là aujourd’hui, pour moi… » Il garda le silence un moment, les mots de plus en plus difficiles à sortir avant de secouer la tête. « Viens… », murmura-t-il lentement en entrainant Maddie avec lui. Ensemble, ils longèrent quelques allés de tombe, avant de lentement se tourner vers eux. S’y baissant, Dray y retira lentement les feuilles mortes pour dégager le nom : « Alicia Macnair, Femme et Mère Exceptionnelle ». Dray s’y assit devant, entrainant Madeline avec lui, avant de baisser les yeux lentement, sentant les larmes commençaient à couler sur ses joues, laissant sa peine le submergé alors qu’il glissait ces mains dans ses cheveux, sanglotant brusquement. Il appuya son front sur la tombe, continuant de pleurer, de sangloter, de laisser sa tristesse et sa colère sortir. « Je l'aimais tellement, Maddie... »


luckyred.

______________________________

avatar
Messages : 1784
Date d'inscription : 11/06/2017
Points : 1946
Mon sosie, c'est : Andy Biersack
Crédits : Lux Aeterna
Emploi : Barman
Age : 24
Je vis avec : Avec Keziah et Papy
Multi comptes : Hippolyte Amory
J'prends la pose :

Drake T. Macnair
membre tout choupinoupinet


Voir le profil de l'utilisateur http://getreal.forumactif.com/t181-drake-tobias-macnair-andy-biersack http://getreal.forumactif.com/t183-drake-tobias-macnair-h-o-p-e-hold-on-pain-ends

le Dim 15 Oct - 17:05

The way people treat you is a statement about whi they are as human being. It's not statement about you.

Mad et Dray

Drake refusa la cigarette de Maddie en prétextant vouloir arrêter la fumette. Elle ne put qu’approuver sa décision et culpabilisa de fumer à côté de lui.
Au cimetière, elle le vit faiblir, et ses yeux devinrent humides. Drake secoua la tête pour chasser les larmes et la remercia à sa façon d’être là pour lui. Elle lui sourit tendrement en pensant à sa mère. Elle l’imaginait douce, et tendre avec son fils, et était triste elle aussi qu’elle soit partie. Elle manquait terriblement à son ami. Ensemble, ils marchèrent le long des tombes jusqu’à arriver à la sienne. Drake se baissa et dégagea de sa main les feuilles mortes qui étaient tombées dessus et s’assit devant, tremblant. Ses larmes glissèrent avec plus d’intensité le long de ses joues, et il se laissa tomber en avant, le front sur la tombe, pleurant toute sa colère et sa tristesse. « Je l’aimais tellement, Maddie… » arrive-t-il à dire entre deux sanglots. La tatouée retint ses larmes, c’était douloureux de le voir pleurer autant. Elle s’assit à son tour, sur ses genoux derrière lui, et le fit basculer doucement en arrière contre elle, et l’entoura de ses bras. « Je sais Drake. » Elle l’embrassa avec tout l’amour du monde sur sa tempe en prenant soin de la garder contre elle. Elle prit ses mains et les caressa du bout du pouce. « Ça va aller, je suis là. » Elle lui laissa le temps de pleurer en lui chuchotant des mots doux pour le réconforter et en le gardant contre son corps. Elle avait le cœur serré de l’entendre pleurer autant, mais ne fit mine de rien. Elle voulait juste être là pour lui, qu’il puisse pleurer autant qu’il en avait besoin, et qu’il retrouve enfin le sourire. Elle se dit intérieurement, en regardant le nom sur la tombe tu lui manques Alicia, surveille le, prends soin de lui, aide le à épanouir, aime le. Il a besoin de toi. Elle soupira doucement, et embrassa cette fois les cheveux de Drake. Elle souffla à mi-voix « Je reviens. » et se leva en direction des robinets d’eau où elle prit un des arrosoirs qu’elle remplit. Elle revint ensuite sur ses pas, près de la tombe de la mère de Drake et prit soin d’arroser chacune des plantes. Elle sourit à son petit frère chéri « Il faudra lui acheter des nouvelles fleurs, tu crois pas ? ».
Quand il lui sembla qu’il avait finit de pleurer, elle lui chuchota en essuyant ses yeux du bout de ses pouces. « Ça va mieux doudou ? » Elle lui sourit. « On reviendra demain lui déposer des fleurs d’accord ? » Sur ce, elle prit sa main et l’incita à se lever. « Viens, t’es fatigué et il commence à se faire tard. On va manger un bout. Tu veux manger à l’hôtel, juste tous les deux ou tu préfères un restaurant ? Je te le paie. » Elle le regardait affectueusement et le prit contre elle. Elle le caressait d’une main dans les cheveux et de l’autre dans le dos. .

DEV NERD GIRL


______________________________



La réponse à toutes mes questions s'endort à côté de moi.On dit qu'le temps détruit mais l'temps n'est pas notre ennemi parce que plus j'te connais et plus j'me sens béni, assez béni pour t'emmener à l'église, dire au prêtre : "Oublie l'truc où la mort nous sépare, on va rester dans cette vie".
avatar
Messages : 894
Date d'inscription : 30/07/2017
Points : 1943
Mon sosie, c'est : Grace Neutral
Crédits : himitsu
Emploi : Illustratrice jeunesse et mannequin
Age : 26
Je vis avec : Cole, mon grand frère
Multi comptes : Carron Sang, Chase Monaghan, Sophie Holderson
J'prends la pose :

Madeline Steel
1/2 du duo du mois


Voir le profil de l'utilisateur http://getreal.forumactif.com/t381-madeline-steel-grace-neutral http://getreal.forumactif.com/t382-madeline-steel-don-t-let-em-say-you-ain-t-beautiful

le Dim 22 Oct - 7:22

Dray & Maddie

Et c'est dans ces moments-là que tu te rends compte combien la vie est précieuse. Et combien tu as de la chance de l'avoir, elle.


Dans les bras de Maddie, il s’y perd. Il la regarda un moment, avec tout l’amour dont il éprouve pour sa sœur de cœur, et il se laisse lentement fermer les yeux en s’accrochant avec force à Madeline. Ces larmes continuent de ravager son visage, de couler de plus en plus, mais en même temps, il se sent comprit par Madeline, il se sent aimé et surtout, il ne se sent pas jugé. Il sent enfin qu’il peux faire son deuil comme il l’a toujours souhaité, il sent qu’il peut laisser partir sa mère, que désormais, il pourra avancer mieux en sachant qu’il est venu une dernière fois dire à sa mère combien il l’aimait. Combien il aurait souhaité qu’elle soit encore là, à ses côtés. Et Drake s’accroche à elle, à cette jeune demoiselle qu’il aimait tellement, et il pleure sans s’arrêter. Comme un adolescent brisé, comme un enfant détruit. Ces mains glissent sur les joues de Maddie, lentement, tremblant, mais à la fois apaisée par ce contact doux, et il se laisse murmurer : « Merci Maddie… Je… Je t’aime. », murmura-t-il comme une promesse. Lui qui avait l’habitude de plutôt être directe, et très peu dans le sentimental, il voulait pour une fois ce laisser aller. « Tu ne te rends pas compte combien tu es… la meilleure, Maddie. Tu es là avec moi, et… Je n’aurais pas pu souhaité mieux. Merci, Merci…», dit-il encore, et encore, comme une douce chanson qui voulait qu’elle résonne chez Madeline.

Drake finit par se redresser lentement quand Madeline part, et il la voit revenir, arrosé les fleurs à côté de la tombe, et un sourire, mince mais présent, apparait sur ses lèvres, alors qu’il sent son cœur s’apaiser très lentement, comme une délivrance. Elle est partie, mais il la sent dans son cœur. Ces épaules, plus détendus, sentent une pression s’envolé dans le vent de la nuit. Cela prendra encore du temps, mais lentement, il se sent guérir. Et aidé par Madeline, il se relève lentement, glissant sa main dans celle de la jeune femme, venant la serrée fortement contre la sienne. « Je crois que ça serait une bonne idée, oui… », dit-il avec douceur en fixant la tombe, y glissant ces doigts, très lentement, sans détacher sa main qui tient celle de la tatouée. « Ça va mieux… Je sens…Qu’au moins, j’ai pu lui dire au revoir. Je vais mieux… », et pour la première fois, la sincérité de ces mots est présente. Il se sent sourire. Il est sincère. Il va mieux. « Pourquoi pas aller acheter quelque chose à emporter pour l’hôtel? Je connais de bons endroits! »

Et Drake entraine Madeline avec lui en souriant, finissant par la soulevée dans ces bras joyeusement en quittant le cimetière, riant en la faisant tournoyer. Car s’il y a bien une femme que Drake ne cessera d’admirer, c’est bien Madeline. Elle est douce, gentille, mais forte et tellement belle. Alors il la fait tournoyer un moment, jusqu’à la reposer avec douceur sur le sol en riant, attrapant sa main pour courir vers un restaurant qu’il aimait bien pour prendre quelque chose à emporté. Ensemble, ils commandent quelque chose, et ils l’apportent à leur chambre d’hôtel, où ils s’installent pour manger. « Demain, durant la matinée, on pourrait aller faire les magasins, si tu veux! »



luckyred.

______________________________

avatar
Messages : 1784
Date d'inscription : 11/06/2017
Points : 1946
Mon sosie, c'est : Andy Biersack
Crédits : Lux Aeterna
Emploi : Barman
Age : 24
Je vis avec : Avec Keziah et Papy
Multi comptes : Hippolyte Amory
J'prends la pose :

Drake T. Macnair
membre tout choupinoupinet


Voir le profil de l'utilisateur http://getreal.forumactif.com/t181-drake-tobias-macnair-andy-biersack http://getreal.forumactif.com/t183-drake-tobias-macnair-h-o-p-e-hold-on-pain-ends

le Mer 25 Oct - 18:29

The way people treat you is a statement about who they are as human being. It's not statement about you.

Mad et Dray

Drake lui dit, entre deux sanglots combien il l’aimait et ses mots la touchèrent d’autant plus qu’elle avait l’impression qu’il était le seul ami qu’elle avait ces derniers jours. Elle lui sourit, tristement parce qu’elle aurait souhaité qu’il le lui dise dans d’autres circonstances, mais elle sourit. Quand Erihel était là, elle n’avait pas plus d’amis qu’elle en avait aujourd’hui. Pourtant, elle se sentait vivre avec elle, les disputes et les réconciliations qui faisaient son quotidien la faisait vibrer et maintenant qu’elle était partie elle ressentait un profond vide. Vide que seul Drake parvenait à combler. Alors elle lui sourit, comme un merci pour sa présence, comme un je t’aime moi aussi qu’elle lui adressait à lui et lui seul. Il était le seul avec son frère à vraiment la connaitre, à savoir que derrière parfois ses mots hautains et son comportement agressif elle était la petite fille triste qui avait peur d’être seule. Alors elle sourit pour lui dire merci.
Quand il eut finit de pleurer, il prit sa main dans la sienne et la remercia tendrement. Il y avait sur ses épaules un poids en moins et Madeline pouvait le sentir. Elle aquiesca à sa proposition pour se restaurer et le suivit en direction de la sortie sans le lâcher. Elle l’aimait tant, et dans ce moment difficile, elle ne voulait lâcher sa main pour rien au monde. Elle voulait lui dire qu’il n’était pas seul, qu’elle était là pour lui quoi qu’il arrive. Et soudain, il se retourna et la porta, lui arrachant un sourire heureux. Elle se laissa faire, rit repoussant tous ses problèmes derrière elle. Il l’emmena dans un restaurant où ils commandèrent de quoi manger à l’hôtel. De bonne humeur, elle s’amusa à faire des blagues dont elle seule avait le secret et taquina Drake dès qu’elle le pouvait. Elle souriait sans cesse, heureuse de pouvoir profiter du bon temps avec lui. Et quand vint le soir, elle lui piqua un t-shirt pour passer la nuit. Ils avaient prévu d’aller faire un peu de shopping le lendemain, mais en attendant elle se retrouvait sans aucun autre vêtement que ce qu’elle avait porté la journée.
Le sommeil fut long à venir, si bien qu’elle se releva des heures après s’être couchée. Elle regarda un moment le tatoué dormir. Elle avait chaud au cœur en le voyant, le visage paisible. Elle se pencha en avant et l’embrassa sur le front, avant de se rhabiller discrètement, décidée à profiter de son insomnie pour faire un tour dans la capitale anglaise.
A 3heures du matin, assise sur un muret, elle l’appela en tentant camoufler son souffle court. « Je suis perdue, je sais pas où je suis et j’arrive pas à retrouver à l’hôtel. » Elle s’excusa une paire de fois de le réveiller comme ça et tenta de lui décrire avec peine où elle était. Elle ne pleurait pas, mais avait le cœur lourd. C’était dur une fois seule de garder la tête haute, elle lui manquait tellement.

DEV NERD GIRL


______________________________



La réponse à toutes mes questions s'endort à côté de moi.On dit qu'le temps détruit mais l'temps n'est pas notre ennemi parce que plus j'te connais et plus j'me sens béni, assez béni pour t'emmener à l'église, dire au prêtre : "Oublie l'truc où la mort nous sépare, on va rester dans cette vie".
avatar
Messages : 894
Date d'inscription : 30/07/2017
Points : 1943
Mon sosie, c'est : Grace Neutral
Crédits : himitsu
Emploi : Illustratrice jeunesse et mannequin
Age : 26
Je vis avec : Cole, mon grand frère
Multi comptes : Carron Sang, Chase Monaghan, Sophie Holderson
J'prends la pose :

Madeline Steel
1/2 du duo du mois


Voir le profil de l'utilisateur http://getreal.forumactif.com/t381-madeline-steel-grace-neutral http://getreal.forumactif.com/t382-madeline-steel-don-t-let-em-say-you-ain-t-beautiful

le Dim 5 Nov - 6:40

Dray & Maddie

Et c'est dans ces moments-là que tu te rends compte combien la vie est précieuse. Et combien tu as de la chance de l'avoir, elle.


Ils s’étaient endormit, l’un contre l’autre, et la chaleur de Maddie lui avait rappeler ces moments de paix, ces moments où il avait simplement était un jeune artiste, un jeune garçon de 15 ans, qui n’avait pas encore fuit sa maison à la recherche d’un futur plus beau que le fait de devoir supporter un père alcoolique et violent. Ses bras avaient légèrement serré Maddie contre lui, sa chaleur frappant la sienne et lui donnant envie de protéger cette fille qui représentait tout à ses yeux. S’il y avait bien une personne que Dray aimait par dessus tout depuis des années, c’était bien Maddie. Il n’avait jamais eu peur avec elle, de ce qu’il était, de ce qu’ils étaient. Ils étaient tatoués, différents, ils étaient deux personnes qui ne se moulaient pas à la société, et ils s’en étaient toujours comprit. Il l’avait aimé, derrière l’écran, lorsqu’ils se racontaient leur vie, leur tristesse, leur choix… Et il l’avait depuis toujours aimé, même quand leurs chemins s’étaient rencontrés dans la vraie vie. Maddie était toute sa vie, celle qui l’avait suivit depuis le début, celle qui savait tout. Peut-être que les autres ne les comprenaient pas, ne comprenaient pas leurs relations, mais cela n’importait peu à Dray. Tant qu’eux se comprenaient, rien ne comptait plus que ça. C’était une place comme ça, une place qu’eux seuls connaissaient. C’était celle place unique, où ils se sentaient tout deux chez eux. Dans les bras de l’autre, c’était leur chez eux unique. Et il s’était endormit, un léger sourire aux lèvres, en pensant tout simplement combien il était chanceux d’avoir sa petite Madeline à ses côtés, cet ange. Dray avait enfin pu se reposer sans être déranger par aucun rêve ou cauchemar : Paisible, il avait simplement dormit, oubliant tout ces problèmes. Paisible, comme il ne l’avait pas été depuis bien longtemps.

Puis son téléphone avait sonné, le faisant se redresser brusquement dans son lit, ayant comme premier réflexe de poser sa main là où aurait dû être Madeline : mais elle n’était pas là. Il s’assit rapidement dans son lit, décrochant son téléphone, le cœur battant à tout rompt. « Mad’! Mad, tes où? », dit-il d’une voix paniqué, car il connaissait bien Londres et ses ruelles dangereuses, surtout la nuit. Il prit rapidement son manteau, sortant hors de la chambre en deux trois mouvements, attrapant ses souliers. « Mad, bouge pas, j’arrive, d’accord? J’arrive, ma belle! », dit-il rapidement, le répétant plusieurs fois, avant de raccrocher, commençant à courir dans les rues en mettant son manteau. Il devait la trouver, il le devait, car Londres était une grande ville comparé à Wellington, et une ville dangereuse surtout. Il commença à chercher partout, essayant de se faire un plan dans sa tête, avec ces souvenirs, pour situer Maddie avec ce qu’elle lui avait décrit. Au final, après environ une quinzaine minutes, il la vit.

Son souffle s’arrêta un moment, avant que son cœur ne se desserre rapidement, allant la rejoindre en courant, attrapant avec force Madeline contre lui pour venir la serrée contre son torse, le cœur battant à tout allure. « Mad’! Mad tu m’as tellement fait peur! », dit-il, la voix toujours brisé, venant glisser l’une de ces mains dans les cheveux sombres de Madeline pour la rapprocher de lui, la serrant toujours avec protection contre son torse. « Maddie… J’ai tellement eu peur qu’il t’arrive quelque chose… », dit-il en s’éloignant, glissant ses mains sur ses joues pour le regarder de haut en bas. « Comment tu te sens? Qu’est-ce qui t’arrive? Parle moi, ma Maddie… », souffla-t-il avec douceur, glissant ces lèvres contre sa joue, caressant doucement ses cheveux en la gardant contre lui.




luckyred.

______________________________

avatar
Messages : 1784
Date d'inscription : 11/06/2017
Points : 1946
Mon sosie, c'est : Andy Biersack
Crédits : Lux Aeterna
Emploi : Barman
Age : 24
Je vis avec : Avec Keziah et Papy
Multi comptes : Hippolyte Amory
J'prends la pose :

Drake T. Macnair
membre tout choupinoupinet


Voir le profil de l'utilisateur http://getreal.forumactif.com/t181-drake-tobias-macnair-andy-biersack http://getreal.forumactif.com/t183-drake-tobias-macnair-h-o-p-e-hold-on-pain-ends

le Mar 7 Nov - 21:10

The way people treat you is a statement about who they are as human being. It's not statement about you.

Mad et Dray

Ses petits yeux cherchaient à l’aide autour d’elle. Madeline se faisait force pour calmer sa respiration qui avait presque triplé depuis qu’elle l’avait appelé. Elle se concentrait sur le tatouage à son poignet qui représentait Erihel et le caressait nerveusement. Parfois ses ongles s’enfoncaient dans son épiderme endolori mais elle ne s’en rendait pas compte. Elle regardait de gauche à droite régulièrement dans l’espoir qu’il arrive. Il y avait ses larmes qu’elle n’avait réussit à stoper. A force de pleurer, elle sentait d’ailleurs d’avantage le vent sur ses joues qui étaient devenues rouges. Le temps à Wellington n’avait rien à voir avec Londres. Ici, il faisait froid. Elle était si nerveuse qu’elle n’avait pas pris conscience de ses balancements répétitifs d’avant en arrière. Elle priait pour qu’il arrive plus vite. Elle s’était bien haïe pour l’avoir réveillé en pleine nuit, mais elle savait qu’il lui pardonnerait. Elle avait besoin de lui plus que quiconque parce que lui plus que personne était capable de la comprendre. Elle avait envie de le serrer dans ses bras, de se soulager du poids de sa rupture. Drake c’était son meilleur ami, son âme sœur, son frère d’une autre mère, elle pouvait tout lui dire. Quand elle y arrivait. Parce que parler d’Erihel c’était difficile mais à force de silence une douleur croissante lui étreignait la gorge.
En arrivant, il se jeta à ses bras à bout de souffle. Madeline l’entoura de ses bras instinctivement et le serra contre elle et sa tête vint se poser sur le haut de son torse. Rien que sa présence suffit à l’apaiser ne serait-ce qu’un peu. Pourtant, quand il lui demanda ce qu’il n’allait pas, ses larmes redoublèrent d’intensité. Elle enfouit son visage mouillé contre lui et d’une voix tremblante, fit enfin sortir la vérité. « Elle est partie Drake. Il y a trois semaines. » Elle voulut en dire d’avantage mais tout son corps se mit à trembler. Elle avait envie d’alcool et de marijuana, merde, même de cocaïne pour oublier ne serait-ce qu’un instant. « Je veux rentrer à l’hôtel. » Elle se recula doucement de lui et posa une main sur sa bouche et son nez pour tenter d'étouffer les gémissements. « Je te raconte tout là bas, j’ai juste… J’ai juste envie d’être au chaud maintenant. » Elle ajouta, entre deux reniflements « Je suis désolée. » Cole était le seul à savoir. Evidemment, il vivait avec elle, il avait bien vu la tristesse sur le visage de sa sœur, il avait remarqué qu’Erihel ne venait plus et que Madeline restait à la maison tous les jours, il avait fait vite le lien. Mais Drake, c’était le premier à qui elle en parlait.

DEV NERD GIRL


______________________________



La réponse à toutes mes questions s'endort à côté de moi.On dit qu'le temps détruit mais l'temps n'est pas notre ennemi parce que plus j'te connais et plus j'me sens béni, assez béni pour t'emmener à l'église, dire au prêtre : "Oublie l'truc où la mort nous sépare, on va rester dans cette vie".
avatar
Messages : 894
Date d'inscription : 30/07/2017
Points : 1943
Mon sosie, c'est : Grace Neutral
Crédits : himitsu
Emploi : Illustratrice jeunesse et mannequin
Age : 26
Je vis avec : Cole, mon grand frère
Multi comptes : Carron Sang, Chase Monaghan, Sophie Holderson
J'prends la pose :

Madeline Steel
1/2 du duo du mois


Voir le profil de l'utilisateur http://getreal.forumactif.com/t381-madeline-steel-grace-neutral http://getreal.forumactif.com/t382-madeline-steel-don-t-let-em-say-you-ain-t-beautiful

le Dim 19 Nov - 19:23

Dray & Maddie

Et c'est dans ces moments-là que tu te rends compte combien la vie est précieuse. Et combien tu as de la chance de l'avoir, elle.


Drake fixa un moment Madeline, glissant ces mains le long du corps de sa jeune protégée pour venir la rapprocher de lui, le regard triste. Il glissa ces mains dans les cheveux de celle-ci, très doucement, regardant le vide, ne pouvant s’empêcher d’avoir un léger soupire de soulagement de la voir encore bien là… Les rues de Londres, ils les connaissaient, elles étaient dangereuses, trop dangereuses… Pas spécialement pour Maddie, mais pour tout le monde qui se promenait seul à des heures perdues. Il glissa sa main sur sa joue, délicatement, venant perdre son regard dans le sien. Sans rien dire, sans prononcer un mot, simplement en la regardant, comme cherchant à comprendre pourquoi elle était partie sans lui, pourquoi il ne l’avait pas avertit : Il l’aurait accompagné, sans hésité. Maddie était sa sœur de cœur, son âme sœur, sa moitié. Tout ce qu’il voulait, c’était qu’elle aille bien. Qu’elle soit heureuse, car elle le méritait. Pour avoir vu son histoire de ces yeux, pour avoir été avec elle depuis le début, il savait combien sa petite sœur méritait d’être heureuse, méritait de pouvoir sourire à nouveau. Un réel sourire sans qu’une bombe ne finisse par tout détruire. Mais la vérité tombait, encore et encore. Les sourcils de Dray se froncèrent, sa main tremblante un très court instant, avant de se reprendre, venant rapidement serré avec force Maddie contre lui. Elle était partie. Erihel était partie. Voilà la vérité. Et au fond de lui, Dray en voulait en Erihel. Sincèrement. Il lui en voulait pour avoir brisé le bonheur de sa sœur, de celle qui méritait le plus d’être heureuse. Il lui en voulait pour faire du mal à sa sœur ainsi, alors que lui, tout ce qu’il désirait, c’était de la voir sourire enfin. Il finit par hocher la tête, glissant sa main autour de sa taille pour venir la serré contre lui. « D’accord… Rentrons, Maddie… » Il ne lui en veux pas de ne pas lui avoir dit plus tôt. Il sait combien c’est dur de parler de soi-même, combien cela à dû tout prendre à Maddie pour lui dire, alors il ne lui en voudra jamais pour ça. Il la blottit contre lui et ils rentrent ensemble, Dray protégeant sa petite sœur.

Rentré à l’hôtel, Dray pousse doucement Madeline pour qu’elle s’asseye sur le lit. Il tire une couverture et vient entouré doucement Maddie à l’intérieur. Puis il l’aida à retirer ses bottes, avant de s’assoir à ses côtés, tirant la jeune femme contre lui, se laissant tombé sur le lit en l’entrainant avec lui. Ils se blottit l’un contre l’autre, ces bras venant entouré avec force sa petite sœur, alors qu’il pose ses lèvres contre sa tempe. « Prend ton temps, Maddie… Tu m’en parleras quand tu serra capable, prend ton temps… », dit-il avec douceur en caressant le dos de sa petite sœur, plongeant son regard dans le sien. « Tout ira bien… Je serais là, quoiqu’il arrive. » Une promesse soufflé. Car c’est vrai, il serra toujours là pour elle…



luckyred.

______________________________

avatar
Messages : 1784
Date d'inscription : 11/06/2017
Points : 1946
Mon sosie, c'est : Andy Biersack
Crédits : Lux Aeterna
Emploi : Barman
Age : 24
Je vis avec : Avec Keziah et Papy
Multi comptes : Hippolyte Amory
J'prends la pose :

Drake T. Macnair
membre tout choupinoupinet


Voir le profil de l'utilisateur http://getreal.forumactif.com/t181-drake-tobias-macnair-andy-biersack http://getreal.forumactif.com/t183-drake-tobias-macnair-h-o-p-e-hold-on-pain-ends

le Ven 24 Nov - 23:28

The way people treat you is a statement about who they are as human being. It's not statement about you.

Mad et Dray

SMadeline posa son visage contre le torse de Dray et il l’entoura tendrement de ses bras avant d’aquiescer de sa voix qui veut dire je suis là pour toi. Ils rentrèrent ensemble ; sur la route elle fit glisser sa main dans la sienne et entrecroisa leurs doigts. Malgré elle, elle repensa à ces longues balades sur la plage avec Erihel, quand elle était encore là, et avec Cher lorsqu’il était encore de ce monde. Elle soupira et en ouvrant la bouche une larme y glissa. Elle avait le gout du sel. Elle se tût tout le long du chemin. Avec Drake, elle ne s’obligeait pas à sourire, elle pouvait être elle.
Ils avaient marché un long moment dans le froid anglais. Dans l’hôtel, il l’aida à se déshabiller, et l’entoura dans le lit avec la couette puis à nouveau avec ses bras. Il était doux, patient et compréhensif. Madeline ne put s’empêcher de sourire et le remercia à mi-voix. Mais ses yeux ne s'en faisaient pas l'écho car la tristesse était venue s'y plonger. Elle mit sa tête contre lui ensuite et plongea sa main sous la couette pour tenir la sienne. Elle resta un moment dans ses bras sans rien lui dire, elle savait qu’il patienterait. Il lui fallait du temps pour pouvoir trouver les mots adéquats. Comment dire à son meilleur ami qu'on a perdu sa dernière part d'humanité ?
Finalement, ses larmes avaient cessé de couler. Elle se recula doucement et serra d’avantage sa main. Elle le regarda une nouvelle fois, les yeux rouges et tenta de lui expliquer, mais sa voix ne voulait pas veir. Alors elle racla sa gorge. « Je suis allée en boite un soir, sans elle, et il y avait ce gars. » Elle soupira, et regarda au plafond pour empecher une nouvelle larme de couler. Elle parlait très lentement. « Il était cool, on a beaucoup discuté. Je voyais bien qu’il me draguait, mais –elle haussa les épaules- il était cool. Je suis rentrée tard, Eri dormait déjà. » La larme parvint malgré ses efforts à rouler sur sa joue. « J’avais son numéro écrit sur la main, et Eri s’est reveillée avant moi, a vu le numéro et… » Madeline ramena sa main contre contre sa poitrine. « Elle m'a reveillée en hurlant, m’a dit que je pensais qu’à moi, mais c’est pas vrai, et j’en pouvais plus de sa jalousie à deux balles, tout le temps, t’as pas le droit de lui parler, où tu vas, quand tu sors, ne m’abandonne pas, et elle s'est jetée sur moi. Tu sais, tu me connais, me suis pas laissée faire. » Cette fois, c’était pas une larme, mais un torrent qui s’écrasait sur son visage. Il était venu sans prévenir. Elle parlait vite, et lentement la seconde suivante, fort, puis doucement. « Je l’ai giflée, elle a pas réagit, je… » Madeline se tourna. Putain, elle éprouvait une honte si grande que même à Drake c’était dur d’en parler. Elle voulait pas qu’il voit son visage, qu'il voit ce qu'elle était devenue. Elle avait tellement peur de le perdre lui aussi. C'était pas la dernière personne qui lui restait, mais celle qui comptait le plus. Si elle le perdait, elle s'écroulerait. « Je lui ai donné un coup de poing en plein visage. » Elle posa une main sur sa tempe pour cacher ses yeux. « Mais je te promets que je voulais pas, j’ai regretté la seconde où je l’ai fait. Elle m’a dit qu’elle m’aimait et qu’elle me detestait, et je lui ai dit d'aller se faire voir, je suis partie. Je suis restée une journée entière toute seule, c’était horrible je… » Maintenant, son débit était si important qu’il était devenu difficile de la suivre. Alors, elle prit le temps de respirer, et se retourna à nouveau vers Drake et se lova contre lui. « Je suis partie après, j’avais tellement honte, je… J’ai fumé beaucoup, et je suis revenue le soir avec une peluche… » Mais la suite était bien trop douloureuse. Elle avait des spasmes désormais dans la gorge et elle tremblait de tout son être. C’était un monstre. Madeline était un monstre.

DEV NERD GIRL


______________________________



La réponse à toutes mes questions s'endort à côté de moi.On dit qu'le temps détruit mais l'temps n'est pas notre ennemi parce que plus j'te connais et plus j'me sens béni, assez béni pour t'emmener à l'église, dire au prêtre : "Oublie l'truc où la mort nous sépare, on va rester dans cette vie".
avatar
Messages : 894
Date d'inscription : 30/07/2017
Points : 1943
Mon sosie, c'est : Grace Neutral
Crédits : himitsu
Emploi : Illustratrice jeunesse et mannequin
Age : 26
Je vis avec : Cole, mon grand frère
Multi comptes : Carron Sang, Chase Monaghan, Sophie Holderson
J'prends la pose :

Madeline Steel
1/2 du duo du mois


Voir le profil de l'utilisateur http://getreal.forumactif.com/t381-madeline-steel-grace-neutral http://getreal.forumactif.com/t382-madeline-steel-don-t-let-em-say-you-ain-t-beautiful

le Mer 13 Déc - 7:01

Dray & Maddie

Et c'est dans ces moments-là que tu te rends compte combien la vie est précieuse. Et combien tu as de la chance de l'avoir, elle.


Drake fixait le vide avec douceur, ces mains glissant sur la taille de Madeline pour la caresser avec douceur, glissant ses mains sur son dos, puis remontant le long de son corps pour essayer de calmer ses tremblements, ses pleurs, pour essayer de soulager celle qui faisait partie de sa vie depuis tant d’années. Madeline avait été la première. La première à l’aimer plus que tout, la première à savoir tout, la première à le comprendre. Madeline était beaucoup plus qu’une amie, elle était toute ce qui avait longtemps rattaché Drake à ce monde. Madeline était la douceur, mais aussi la force. Tout deux avaient fait des erreurs, et il était mal placer pour dire que Maddie était un monstre. Tout deux avaient blessés des gens importants à leurs yeux, tout deux avaient apprit de leurs erreurs, et tout deux étaient des êtres brisés, qui devaient encore apprendre à se tenir debout par eux-mêmes, malgré leur force de caractère. À se tenir debout face à tout ce monde, à se tenir debout sans se briser face à leur passé. Sa main glissa dans celle de la jeune femme, venant la serrée avec force en posant son regard sur Madeline, mais sans jamais la forcé à parler. Il gardait silence, ses yeux sur elle. Il glissa ces mains dans les cheveux sombres de la jeune femme, venant les caresser doucement avant de glisser ses lèvres contre la joue pâle de la demoiselle. Sous ses doigts, elle avait tant perdu de poids. Comme lui, sa Madeline avait essayé de se laissé mourir, d’une certaine façon. Voilà ce que ces doigts sentaient, et voilà ce que ces yeux voyaient en fixant Madeline. Alors il l’écouta parlé, sans jamais l’interrompre, par peur qu’elle n’aille plus assez de force pour continuer par la suite. Quand elle se brisa, Drake la prit rapidement dans ces bras. Il avait comprit le principe, il ne fallait pas être un génie. Quand elle était revenue, Erihel était partie. Voilà, la cruelle vérité frappante. Erihel était partie, laissant Madeline flotté dans le vide. Drake sentit la colère le prendre : Erihel. Il la détestait. Mais sa colère ne pouvait avoir lieu en ce moment, car tout ce qu’il voyait, c’était sa Madeline, inconsolable.

« Maddie. Je sais à quoi tu penses. Je ne vais pas partir, moi. Je suis là et je resterais là. Je t’ai déjà vu à tes pires jours, tu te souviens? Je connais déjà cette façade moins jolie de toi, mais cela ne te rend pas un monstre pour autant. Cela te rend humaine, Madeline. Tu as des défauts, qui vont avec ce que tu as vécu et ce que tu es passé à travers de. Tu es ainsi, car tu as vécu ainsi. Je ne te voie pas comme un monstre, mais comme une femme forte, qui a malheureusement trop souffert. Te défendre ainsi, c’est simplement ta façon de te protéger. Je le sais, car j’aurais réagis pareil. Je lève le poing quand je suis mécontent, car j’ai été élevé ainsi. », dit lentement Drake en se glissant pour se retrouvé légèrement au dessus de Madeline, simplement pour la regarder dans les yeux, souriant avec douceur. « Mais ça ne fait pas de toi quelqu’un d’horrible. Il faut simplement apprendre à te connaitre et apprendre à accepter que tu as eu une vie différente de la leur qui a fait en sorte que tu es cette personne aujourd’hui. Mais tu es courageuse, tu es brillante, tu es généreuse, Madeline. Tu n’as pas que des défauts. » dit Drake en glissant ces doigts dans les cheveux de Maddie.




luckyred.

______________________________

avatar
Messages : 1784
Date d'inscription : 11/06/2017
Points : 1946
Mon sosie, c'est : Andy Biersack
Crédits : Lux Aeterna
Emploi : Barman
Age : 24
Je vis avec : Avec Keziah et Papy
Multi comptes : Hippolyte Amory
J'prends la pose :

Drake T. Macnair
membre tout choupinoupinet


Voir le profil de l'utilisateur http://getreal.forumactif.com/t181-drake-tobias-macnair-andy-biersack http://getreal.forumactif.com/t183-drake-tobias-macnair-h-o-p-e-hold-on-pain-ends

le Jeu 11 Jan - 14:24

The way people treat you is a statement about who they are as human being. It's not statement about you.

Mad et Dray

SLe départ d’Erihel avait rétréci le cœur de l’illustratrice jusqu’à le transformer en une masse de plomb qui pesait une tonne. Pourtant, en cet instant, si son cœur n’était pas plus léger, les bras de Drake l’aidait à le porter. Elle sourit presque parce que ça faisait du bien de l’avoir dit. Drake caressait ses cheveux tendrement ; elle avait du mal à voir les contours de son visage parce que ses larmes lui avaient embrumé la vue.
Puis il la prit contre lui si bien qu’elle ne voyait plus rien. Son corps était secoué de spasmes. Elle était incapable de parler, seuls quelques gémissements douloureux s’échappaient de ses lèvres. Elle l’écouta, aussi attentivement qu’elle en était capable, et le serra contre lui avec toutes ses forces. Elle savait qu’il avait raison, elle n’avait pas que des défauts ; mais c’est tout ce qu’elle arrivait à voir, ses défauts. Madeline bloqua sa respiration pour se forcer à se calmer. Elle réprima ses pleurs et son corps fut d’avantage secoué de spasmes. Elle réussit à dire malgré la douleur dans sa gorge « Elle me manque. ».
Elle resta contre Drake le reste de la nuit, incapable de se détacher de son corps. Elle ressassait le passé, inlassablement. Elle ne gémissait plus maintenant, seules les larmes sur ses joues témoignaient de sa douleur. Elle était incapable d’en dire plus à Drake, la blessure était encore trop à vif. Elle finit par s’endormir d’épuisement, le visage contre son torse.
Elle dormit paisiblement cette nuit, comme si se confier avait finit par retirer un poids de ses épaules. Elle se réveilla comme elle s’était endormie, contre son lui. Elle remarqua que la lumière derrière les rideaux était encore faible et en déduisit qu’il devait être tôt. Elle prit soin de se détacher délicatement de Drake pour ne pas le réveiller et s’assit contre la tête du lit. Elle passa ses mains sur son visage puis repoussa ses cheveux en arrière dans un long bâillement. Un sourire attendrit habilla son visage quand ses yeux se posèrent sur le barman. Il avait l’air d’un garçon. Elle souhaita qu’il eut cette mine calme toujours.
En se penchant sur le côté, Madeline attrapa son téléphone et pensa à Erihel. Elle pensait aussi à la matinée shopping que Drake lui avait promise et se rallongea pour lui faire face. Elle posa une main dans ses cheveux et le caressa tendrement. « Doudou, réveille toi. » Il était déjà 9h30.

DEV NERD GIRL


______________________________



La réponse à toutes mes questions s'endort à côté de moi.On dit qu'le temps détruit mais l'temps n'est pas notre ennemi parce que plus j'te connais et plus j'me sens béni, assez béni pour t'emmener à l'église, dire au prêtre : "Oublie l'truc où la mort nous sépare, on va rester dans cette vie".
avatar
Messages : 894
Date d'inscription : 30/07/2017
Points : 1943
Mon sosie, c'est : Grace Neutral
Crédits : himitsu
Emploi : Illustratrice jeunesse et mannequin
Age : 26
Je vis avec : Cole, mon grand frère
Multi comptes : Carron Sang, Chase Monaghan, Sophie Holderson
J'prends la pose :

Madeline Steel
1/2 du duo du mois


Voir le profil de l'utilisateur http://getreal.forumactif.com/t381-madeline-steel-grace-neutral http://getreal.forumactif.com/t382-madeline-steel-don-t-let-em-say-you-ain-t-beautiful

le Sam 27 Jan - 7:17

Dray & Maddie

Et c'est dans ces moments-là que tu te rends compte combien la vie est précieuse. Et combien tu as de la chance de l'avoir, elle.


Peut-être qu’à ce moment, il avait envie de chasser tous les démons de Maddie pour les prendre à sa place. Peut-être qu’à ce moment précis, il détestait Erihel encore plus que son père. Peut-être bien qu’à ce moment, rien ne pouvait lui apporté un sentiment de réconfort plus beau que de voir les larmes de Madeline arrêté. Mais malgré tout ça, tout ce qu’il désirait réellement, c’était de la voir sourire. Cette fille qui était là, toujours, à chaque moment de sa vie. Cette fille qui l’avait sauvé, sans toujours le savoir, de tout son parcours de vie avant d’arriver à Wellington. Cette fille qui le connaissait mieux que sa propre famille. Elle l’avait vu tombé, se relever, retomber, mais elle n’était jamais partit. C’est cette fille qui te fait sentir important, même quand tu ne l’es pas aux yeux de personne d’autre. Madeline l’avait toujours fait sentir important, pour une personne, et c’était tout ce qu’il voulait. Certains disaient que les relations à distance étaient vouées à l’échec, mais la leur était bien la preuve que parfois, les relations à distance étaient la meilleure chose qui pouvait t’arriver. Parce que entre les cris, la douleur, il y avait eu elle. Au travers de ses larmes et de sa solitude, il y avait eu elle. Ses messages encourageants, ses petits cœurs envoyés à des heures impossibles, la douceur de ces paroles… Il ne demandait à personne de comprendre ce qui l’unissait à Madeline, mais juste de le laisser. De le laisser l’aimer comme il le désirait, de le laisser la protéger comme un grand frère et, surtout, de le laisser être avec elle dans tout ces moments importants. Car si ça n’avait pas était d’elle, où serait-il désormais? Alors peut-être aux yeux de Erihel, et même des siens, elle était un vrai monstre… Drake voyait bien autre chose. Une beauté douce qui correspondait seulement à Madeline. Et cette beauté, s’il était le seul à la voir, alors il apprendrait aux gens à la remarquer aussi. Car Madeline avait le droit de briller comme tout le monde. Et il aurait pu la regarder dormir des heures durant, l’admirant sur chacun de ces traits, en souhaitant que le temps s’arrête pour que la douleur cesse aussi, dans cette chambre d’hôtel à Londres, où… Rien ne pouvait les atteindre.

Quand il l’entendit à ses côtés, quand ses yeux s’habituèrent à la lumière pour voir sa douce meilleure amie proche de lui, à le réveiller avec douceur, un sourire apparu sur ses lèvres alors que son bras venant entourer la taille de Madeline, la poussant contre le lit en commençant à la chatouiller en riant. Il la chatouilla pendant un moment, riant joyeusement à la voir simplement rire, parce que mon dieu qu’elle était belle en riant. Après s’être rapidement habillés, ils allèrent ensemble faire les magasins dans le Centre ville de Londres. L’endroit était magnifique, comme dans ces souvenirs. Les gens marchaient rapidement, lentement, riant, textant, fatigués… Sa main venait chercher celle de Madeline, l’entrainant dans les magasins, lui faisant essayer tonne de vêtements sans jamais arrêter. Elle riait, elle souriait, elle était magnifique, tout simplement. Ils magasinèrent durant un long moment, sans ce soucier du reste, sans ce soucier de tout ce qui pouvait ce passer, profitant du petit bonheur. Ils finirent par prendre le taxi pour se rendre devant la maison de Drake, cette ancienne maison qui renfermait tant de souvenir. Drake continuait de sourire, de rire, car il ne pouvait pas voir Maddie perdre son sourire. Mais une fois devant les portes de cette immense maison, dont il pouvait sentir la froideur des murs sans les toucher, duquel ils avaient tout son enfance, tout ces moments qu’il avait essayer de chasser… Une fois devant cette maison de l’Horreur, il ne put s’empêcher de venir chercher avec force la main de sa meilleure amie, sentant son cœur se figé dans sa poitrine. Elle était là. Cette maison imposante. Il se tourna vers Madeline, secouant la tête. « Je sais pas si je serais capable, Madeline… Je peux presque sentir son aura, je sais qu’il est là… Mais… mais comment je pourrais le regarder dans les yeux après ce qu’il m’a fait… nous a fait? Moi, Penny, Jake… Comment je pourrais… Maddie… J’ai peur. » dit-il lentement, avouant pour la première fois qu’il avait bel et bien peur de quelque chose. Il avait peur de son père.





luckyred.

______________________________

avatar
Messages : 1784
Date d'inscription : 11/06/2017
Points : 1946
Mon sosie, c'est : Andy Biersack
Crédits : Lux Aeterna
Emploi : Barman
Age : 24
Je vis avec : Avec Keziah et Papy
Multi comptes : Hippolyte Amory
J'prends la pose :

Drake T. Macnair
membre tout choupinoupinet


Voir le profil de l'utilisateur http://getreal.forumactif.com/t181-drake-tobias-macnair-andy-biersack http://getreal.forumactif.com/t183-drake-tobias-macnair-h-o-p-e-hold-on-pain-ends

le Jeu 1 Fév - 19:17

The way people treat you is a statement about who they are as human being. It's not statement about you.

Mad et Dray

Il avait cet air paisible quand il dormait. Madeline aurait pu le regarder sans jamais s’en lasser. Elle caressait doucement ses cheveux et pensait à toutes ses épreuves qu’il avait du traverser, à commencer par le décès de sa mère. Elle avait encore le cœur tordu en repensant à ses larmes la veille sur sa tombe. Elle pensait aussi à cette overdose, et à ce qui l'attendait d’encore plus difficile : la confrontation avec son père. Elle aurait voulu le ménager, partir en vacances avec lui, oublier tout ce qu’il lui faisait mal juste pour le voir avec ce même air paisible qu’il avait sous ces draps. Mais il fallait qu’il affronte ses démons, elle savait qu’il n’y avait que ça pour qu’il puisse aller de l’avant et elle souhaitait de tout son être qu’il puisse enfin de prendre de l’avant. S’il y avait bien quelqu’un qui avait toujours été là pour elle, qui l’avait toujours soutenue même quand les autres ne l’aimaient plus, c’était bien lui. Elle le considérait bien plus que comme son meilleur ami, c’était sa moitié, son deuxième frère qu’elle n’avait jamais eu. C’était Drake, tout simplement.

Il ouvrit les yeux et un sourire attendri vint dessiner ses lèvres. Et puis, sans qu’elle s’y attende, il se jeta sur elle pour la chatouiller. Bientôt, elle avait oublié tous ces chagrins qui leur pesaient à tous les deux et son rire vint remplir la chambre d’hôtel. Elle riait à s’en décrocher la mâchoire et le suppliait d’arrêter. Elle ne restait évidemment pas passive et lui rendait les coups autant qu’elle pouvait. En posant sa main sur son ventre, elle se rendit compte à quel point il avait maigrit, mais préféra oublier ce détail. Ils se bataillèrent presque dix minutes, elle ne voulait pas en démordre, elle voulait gagner. Mais Madeline était bien trop chatouilleuse ; elle s’avoua vaincue.

Ils s’habillèrent ensuite et il lui tarda de découvrir le centre ville car ses vêtements s’étaient salis à force d’être portés. Ils quittèrent l’hôtel main dans la main comme de vieux amants et Drake lui fit découvrir sa ville. Elle ne vit pas le temps passer tant elle était heureuse de passer ce moment avec son meilleur ami. Elle ne pensait plus à Erihel, plus à rien, juste à lui et à son sourire. Elle était heureuse de le voir sourire et ne pouvait s’empêcher de sourire elle aussi. Ils riaient par moments ; ils essayaient des vêtements hors de prix, des vêtements qu’ils trouvaient ridicules et n’oubliaient pas d’immortaliser la matinée avec des photos. A ce moment, tous les vilaines pensées avaient quitté son esprit, c’était juste elle et Drake.

Drake prit sa main à nouveau pour quitter le centre ville. Les magasins se furent moins nombreux et la foule moins dense. Ils montèrent dans un taxi et en écoutant Drake donner l’adresse au chauffeur, elle devina où ils se dirigeaient. Elle ne perdit pas son sourire en façade car il fallait rester forte et souriante pour lui, mais elle était inquiète. Comment allait-il réagir ? Qu’est ce qui allait se passer ? Son père allait il s'excuser ? Autant de questions qui restaient sans réponse. Elle ne lâcha pas sa main une seule fois du trajet et plutôt que d’observer les maisons défiler, Madeline garda un œil attentif sur lui. Il souriait toujours lui aussi en façade, mais elle savait qu’il avait peur. Elle pouvait le sentir, elle le connaissait bien trop. Elle caressa sa main tout le long du voyage et ils n’échangèrent pas un mot jusqu’à descendre de l’automobile.

La maison était immense, comparable aux manoirs de ces films d’horreur. Il donnait la chair de poule. Cette fois, Drake avait perdu son sourire et il rompu le silence de sa voix tremblante. Elle lui serra le cœur et lui donna des frissons. Avec lui, elle était une vraie éponge à sentiments. S’il avait peur, elle avait peur, s’il était triste, elle était triste, s’il était heureux, elle était heureuse. Cette fois, elle était terriblement anxieuse. Mais il ne fallait pas qu’il le voie, pas qu’il sente qu’elle avait aussi peur. Elle était là pour lui donner du courage, de la force et c’est ce qu’elle comptait faire. Elle se tourna vers le jeune homme et le prit contre lui. D’une main elle caressait ses cheveux et de l’autre son dos. Elle lui intima de se taire en lui chuchotant un chut à peine audible, puis se recula de lui pour venir plonger son regard dans le sien et caresser ses joues. Elle prit ensuite chacune de ses mains dans les siennes et lui dit d’une voix particulièrement douce « Je sais que tu as peur, mais tu es venu pour affronter tes peurs. T’as besoin de lui dire ce que t’as sur le cœur, il faut que tu lui dises qu’il t’a fait mal, que tu lui en veux. Dis lui tout, mâche pas tes mots. Je suis là, je serai juste là à côté de toi, je te tiendrai la main si tu veux. Je suis là. Je te promets que ça ira mieux après, d’accord ? » Une larme avait coulé de ses yeux et elle sourit. « Tu me fais pleurer, t’es con. » Elle essuya la vilaine larme d’un revers de main. « Viens là. » Elle le reprit dans ses bras avant de lui dire, tout bas. « On y va ? »

Sa main dans la sienne, ils se dirigèrent vers la grande porte de l’immense maison. Elle se sentait toute petite, mais elle savait qu’il fallait. « Prêt ? » Elle attendit qu’il hoche la tête pour frapper à la porte trois fois. Elle était vraiment anxieuse.

DEV NERD GIRL


______________________________



La réponse à toutes mes questions s'endort à côté de moi.On dit qu'le temps détruit mais l'temps n'est pas notre ennemi parce que plus j'te connais et plus j'me sens béni, assez béni pour t'emmener à l'église, dire au prêtre : "Oublie l'truc où la mort nous sépare, on va rester dans cette vie".
avatar
Messages : 894
Date d'inscription : 30/07/2017
Points : 1943
Mon sosie, c'est : Grace Neutral
Crédits : himitsu
Emploi : Illustratrice jeunesse et mannequin
Age : 26
Je vis avec : Cole, mon grand frère
Multi comptes : Carron Sang, Chase Monaghan, Sophie Holderson
J'prends la pose :

Madeline Steel
1/2 du duo du mois


Voir le profil de l'utilisateur http://getreal.forumactif.com/t381-madeline-steel-grace-neutral http://getreal.forumactif.com/t382-madeline-steel-don-t-let-em-say-you-ain-t-beautiful


Contenu sponsorisé


- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum