Un refus, et à la rue (Emily)

le Ven 10 Nov - 22:39

Coup de karma, plus de toit.

Les fesses sur sa valise, Eleonore soupira. Elle était pourtant sûre que tout irait bien, maintenant qu’elle avait franchi ce cap. La trentaine, ça n’avait rien de bien effrayant. Pas quand vous aviez un plan de carrière établi, une âme soeur pour vous encourager et un foyer pour vous ressourcer.

Le souci, c’était qu’Eleonore n’avait rien de tout cela. Elle avait bien un logement qui ressemblait un peu plus chaque jour à un foyer. Emily et Eleonore cohabitaient, se châmaillaient, s’apprivoisaient. Et avaient fait de cet appartement un lieu où régnait la bienveillance. Ainsi qu'une odeur de chocolat presque en permanence. C’est que les murs de leur appartement avaient subi les lubies culinaires des deux colocataires. Et voilà qu’elles allaient devoir quitter ce lieu et se séparer. Pour combien de temps ? Elles ne le savaient même pas. Secouant la tête, Eleonore rebondit sur sa valise. Et constata que non, celle-ci ne fermerait donc jamais.

Un miaulement lui fit lever la tête. Gino la fixait, prélassé dans le coin de la pièce. Et désapprouvait manifestement la façon dont elle s’y prenait. Elle plissa les yeux en le fixant d’un air réprobateur, puis grommela. Sans doute savait-il comment faire pour faire tenir toutes ses affaires, mais il ne semblait pas disposé à lui montrer. Avec tout l’amour qu’elle lui donnait, c’était tout de même bien ingrat de sa part.

Mais ce chat n’y était pour rien, après tout. Pas plus qu’Emily ou elle-même. Se forçant à sourire, Eleonore tendit les bras. Et Gino répondit à l’appel presqu’instantanément, traînant son corps mollasson et pelucheux pour trouver le chemin des bras de sa propriétaire. « Qu’est-ce qu’on va devenir, Gino ? », demanda-t-elle avec douceur en le caressant entre les oreilles. Pour seule réponse, ce dernier ronronna joyeusement. Il ne comprenait que l’italien, après tout. Normal qu’il ne lui réponde pas. Mais un jour, Eleonore maîtriserait cette langue et leur connexion n’en serait que plus forte. Elle en était persuadée. En attendant, sa mission n’était toujours pas remplie. « Emilyyy ? » finit par appeler la brunette. Quand la blonde fit son apparition, Eleonore tapota le coin de la valise sur lequel il y avait encore un peu de place. « J’ai besoin de toi. »

Gino, Emily et Eleonore sur une valise. Et bientôt quoi, sur un bout de trottoir ? Elenore secoua la tête en serrant le chat contre elle, et adressa un sourire penaud à sa colocataire.
avatar
Messages : 707
Date d'inscription : 16/08/2017
Points : 1908
Mon sosie, c'est : Jenna Coleman.
Crédits : gentle heart.
Emploi : couturière.
Age : 31
Je vis avec : Emily la fougueuse et Gino, un chat qui parle italien.
J'prends la pose : http://78.media.tumblr.com/e67ca8986fe6c50fb77d3ba0b04b4bfd/tumblr_nouvkrknd11s1rwswo2_250.gif

Eleonore Kempton
membre tout choupinoupinet


Voir le profil de l'utilisateur http://getreal.forumactif.com/t504-eleonore-kempton-jenna-coleman http://getreal.forumactif.com/t512-eleonore-kempton-coeur-de-coton#9852

le Sam 11 Nov - 13:30

Coup de karma, plus de toit
ft. Eleonore



- Non maman. Je vais me débrouiller, je refuse de m’incruster chez vous. Je passerais vous dire bonjour quand tout ça sera arrangé. Bisous, je t’aime.

La blonde raccrocha avant d’émettre un long soupir en regardant sa valise qui la narguait. Elle avait tellement de trucs à prendre qu’elle doutait de savoir tout fourrer à l’intérieur. Malheureusement, elle le devait. Elle se retrouvait à la porte. Tout ça parce que son appartement avait été ravagé et demandait beaucoup de travaux. Elle s’en voulait, c’était de sa faute. Si seulement elle avait accepté les avances de son proprio… Rien de tout ça ne serait arrivé. Parce que oui, elle le savait, c’était lui qui avait fait ça. Il n’y avait pas d’autres explications, mais, quelles preuves avait-elle ? C’était sa parole contre la sienne. Alors, qui croirait une pauvre petite femme qui travaille dans le club de strip-tease de la ville ? Tout retomberait encore sur elle. Alors, chose rare, la belle blonde avait mordu sur sa chique et s’était retenue de faire un scandale. Oh, elle comptait bien dire deux mots à ce proprio mais sans plus.

Ce fût dur pour elle de faire cette valise. Mettre ses vêtements un par un lui brisait le coeur. Elle aimait tellement son petit appartement. Elle aimait revenir d’une longue journée de cours et sentir l’odeur de chocolat, voir Leo’ s’affairer aux fourneaux pendant qu’elle essayait tant bien que mal de lui filer un coup de main. Elle s’était créé son propre petit cocon avec Eleonore et Gino. Cette dernière était devenue comme un membre de sa famille. Et devoir quitter tout ça pour un temps indéterminé, c’était dur. Et comme ci ce n’était pas assez, cela tombait en pleins dans ses partiels. Enfin, presque. Ces derniers se passaient dans une dizaine de jours et elle devait étudier. Mais comment faire si elle se retrouve à la rue ? Le timing tombait très mal et l’américaine était totalement désorientée.

« Emilyyy ? »

Ladite Emily releva la tête alors qu’elle venait tout juste de fermer sa valise. Elle avait enfin réussi à tout caser. Il lui restait juste une boîte contenant tous ses bouquins pour les cours mais ça, impossible de les faire rentrer dans sa valise. Tant pis, elle les garderait dans la boîte en carton.
Se doutant qu’Eléonore l’appelait à l’aide, elle se rendit dans la chambre de la jeune femme et ne pût s’empêcher d’avoir un léger rire lorsqu’elle vit la scène. Une petite Leo assise sur une valise avec un Gino qui ne semblait pas comprendre ce qui se passait.

- Peut-être qu’à trois elle fermera.

Un petit sourire sur le bout des lèvres, Emily vint s’asseoir sur le petit espace disponible de la valise que la brune venait de tapoter. Un peu à l’aveugle, elle partir à la rechercher de la fermeture éclair pour la tirer avec un peu de peine.
☾ ANESIDORA
avatar

Invité
Invité


le Ven 17 Nov - 21:23

S’il y avait une chose qui pouvait mettre du baume au coeur d’Eleonore, c’était bien le sourire d’Emily. Lorsque cette dernière déboula dans sa chambre, Leo sentit un peu de son désespoir s’envoler dans l’instant. Avec son acolyte à ses côtés, elle se sentait capable de déplacer des montagnes. Ou de fermer une fichue valise, tout du moins. Alors que la blonde s’attaquait à le première fermeture, Leo se débattit avec l’autre, après avoir laissé s’échapper Gino, qui s’allongea négligemment à leurs pieds. Au bout de quelques instants d’efforts intenses — et de quelques grognements appuyés — les deux fermetures se rejoignirent enfin. Incroyable. Cette valise était fermée. Eleonore en tapa cinq à Emily, avant de se saisir d’un paquet de cookies qui traînait à côté. Elle le tendit à la blonde, se saisit d’un biscuit, et laissa échapper un soupir. « Pfiou merci. Je n’ai fait autant de sport de mon existence. » Exagéré ? À peine. La brunette n’était certes pas très sportive, mais faire ses valises avait été vraiment éprouvant. Pas que l’acte en lui-même fut compliqué, mais bien pour tout ce que cela représentait. Vadrouiller de canapés en canapés chez des amis, dire au revoir à leur cocon, rester dans l’inconnu quant à leur retour chez elles…

Maintenant que sa valise n’avait plus besoin de deux paires de fesses pour rester tranquille, Eleonore rejoignit Gino par terre pour faire face à sa future temporairement-ex-colocataire. La brunette gratouilla le ventre du gros chat et adressa un regard de détresse à Emily. « Tu sais quoi ? Cohabiter avec une fille drôle, intelligente ET absolument magnifique. Je savais qu’il y aurait un piège, à un moment », lâcha-t-elle d’un ton mi-enjoué mi-triste, avant de croquer dans son cookie. C’était plus fort qu’elle. Elle avait beau se dire qu’il y avait plus grave, que ce n’était que temporaire, qu’elle pouvait toujours retourner chez ses parents quelques semaines s’il le fallait… Elle n’arrivait pas à faire semblant. La situation la déprimait. Cela aurait peut-être été différent si leur propriétaire n’était pas à l’origine de tout ce grabuge. Tout ça parce qu’il était vexé d'un refus à ses avances, sérieusement ? La bêtise des hommes était parfois sans limite. Histoire de trouver un peu de réconfort, Eleonore finit d’une bouchée son biscuit, se leva pour retrouver sa place initiale sur la valise, et posa sa tête sur l’épaule d’Emily. « Ça va aller, pour tes partiels ? »

______________________________

avatar
Messages : 707
Date d'inscription : 16/08/2017
Points : 1908
Mon sosie, c'est : Jenna Coleman.
Crédits : gentle heart.
Emploi : couturière.
Age : 31
Je vis avec : Emily la fougueuse et Gino, un chat qui parle italien.
J'prends la pose : http://78.media.tumblr.com/e67ca8986fe6c50fb77d3ba0b04b4bfd/tumblr_nouvkrknd11s1rwswo2_250.gif

Eleonore Kempton
membre tout choupinoupinet


Voir le profil de l'utilisateur http://getreal.forumactif.com/t504-eleonore-kempton-jenna-coleman http://getreal.forumactif.com/t512-eleonore-kempton-coeur-de-coton#9852


Contenu sponsorisé



 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum