Little Red Riding Hood [Lily-Rose/James]

le Jeu 26 Oct - 0:54


«Little Red Riding Hood »
You know, my dear, it isn't safe for a little girl to walk through these woods alone.
De nouvelles images défilent sur l’écran de son ordinateur, et il n’en manque pas une, presque fasciné, analysant chaque ressemblance, chaque détail qui aurait pu lui mettre la puce à l’oreille, pour la dixième fois de la semaine. Lily et Sam. C’est comme si le monde était devenu tout à coup minuscule en faisant un simple lien familial. Sam et Lily. Le type avec qui il avait juste envie de laisser tomber toute forme de baratinage et de se reposer un peu et la fille qui l’avait croisé un jour où il n’était pas d’humeur à faire semblant de considérer les trois quarts des humains comme dignes de respirer. Celui avec qui il avait envie de voir quel sentiment on ressentait quand on était moins égoïste, et celle avec qui il avait laissé voir la pire côté de lui-même en se disant qu’il ne la reverrait de toute façon jamais.

Mais il comptait bien la revoir, maintenant. Il allait la revoir. Aujourd’hui. Maintenant. Parce que depuis qu’il avait compris qui était la sœur de Sam, il savait que ce n’était qu’une question de jours pour qu’elle comprenne qui était le nouvel ami de son frère, si ce n’était pas déjà fait. Et pour qu’elle lui raconte le mauvais jour dans lequel elle l’avait croisé, pour qu’elle lui dise qu’il l’avait menacée presque sans raison, pour qu’elle ruine tout, pour qu’elle éloigne le jeune homme de lui, et qu’il ne puisse jamais le revoir. D’un mouvement brusque, il ferme son ordinateur, attrape sa veste, l’enfile, récupère ses affaires, les enfouit dans ses poches, et descend en courant pour quitter la maison en claquant la porte derrière lui. Le temps est compté. Il n’y a pas une minute à perdre.

Les réseaux sociaux étant une source sans fin d’informations qu’il a appris à utiliser, il ne lui faut pas longtemps pour retrouver le café dans lequel la jeune rousse travaille à côté de ses études. En jetant un coup d’œil à son portable, il se rend compte que son timing est parfait, que la journée touche à sa fin, et que la fermeture de l’établissement est imminente. Alors il s’installe sur un banc en face de l’entrée principale, il allume une cigarette, il observe, il attend, il pense. Il imagine quelques instants les conséquences qu’aurait le départ soudain de Sam de sa vie. Le manque de son innocence, de son sourire, de la facilité avec laquelle on était nous-mêmes avec lui, ses yeux qui semblaient découvrir le monde à chaque seconde. Le vide qu’il laisserait. Le sentiment d’abandon. Et alors que sa gorge se serre, il brûle le bout de ses doigts avec sa cigarette, n’ayant pas réalisé la vitesse avec laquelle il l’avait consommée, le temps qu’il avait passé à simplement imaginer quelque chose qui n’arrivera jamais. Parce qu’aujourd’hui, il casserait cette possibilité dans l’œuf.

La silhouette féminine se démarque enfin du bâtiment, et automatiquement, James se remet sur ses jambes pour la suivre pendant quelques mètres. Il n’y voit plus vraiment clair, pas assez pour penser à ce à quoi on lui a apprit à penser, pas assez pour feindre la pitié, juste assez pour faire en sorte de ne pas la héler avant qu’ils soient hors de vue de la plupart des passants. « Lily-Rose, c’est ça ? » Quand leurs regards se croisent, il continue d’avancer, pour se mettre devant elle, pour lui bloquer la route, avec un léger sourire qui empeste la confiance en soi, l’arrogance. Un sourire presque mauvais. « On se connaît, je crois. Tu te souviens de moi ? » Un pas en avant, pour entrer un peu plus dans la zone de confort de la jeune fille, et une main qui se lève, doucement, presque tendrement, pour se poser sur son cou, sans serrer, sans même faire signe de vouloir serrer, mais en étant conscient que placée comme ça, sa main pourrait l’étrangler, et en quelques minutes, on entendrait plus parler d’elle. Sauf que le but n’est pas de la tuer. Parce que ça, ça rendrait probablement Sam triste. Le but est de lui faire peur. De lui faire suffisamment peur pour qu’elle n’essaie pas d’aller contre lui.

« Je vais pas te faire de mal. Je te demande juste de ne pas crier, parce que j’ai un peu mal au crâne. Il faut qu’on discute. Je voudrais pas qu’il y ait de malentendu entre nous, tu comprends ? » La voix est doucereuse, caressante, malsaine. Décidément, ne pas se compliquer la vie à faire semblant de ressentir des émotions inutiles la rend bien plus agréable. Son regard ne quitte pas celui de Lily-Rose, ancré dans ses pupilles, à la recherche du moindre signe qu’il faut appuyer sur ça. Et alors que sa main se baisse pour la libérer, il l’observe toujours. Première règle pour avoir le dessus sur quelqu’un pour le restant de votre existence : frapper là où ça fait mal.
(c) AMIANTE

______________________________

Spoiler:

avatar
Messages : 287
Date d'inscription : 01/07/2017
Points : 1194
Mon sosie, c'est : Jamie Campbell Bower
Crédits : EXORDIUM (avatar) & frimelda (signature)
Emploi : Etudiant à l'école des métiers du cinéma d'animation.
Je vis avec : Sophie
J'prends la pose :

James D. Gray
membre tout choupinoupinet


Voir le profil de l'utilisateur http://getreal.forumactif.com/t237-james-d-gray-jamie-campbell-bower http://getreal.forumactif.com/t247-james-d-gray-true-friends-stab-you-in-the-front?nid=1#4086
- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum